"On est très contrarié": 39 marchés parisiens touchés par des annulations pendant les JO, colère des commerçants

Désillusion pour ces commerçants et producteurs. Avec le début des Jeux olympiques, 39 marchés parisiens situés dans des zones de sécurité ou à proximité des sites olympiques seront touchés par les épreuves. Même chose lors des Jeux paralympiques. Ils seront annulés entre une fois et 12 fois entre le 26 juillet et le 8 septembre.

"Au total, près de 90% des tenues de marchés seront maintenues pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Les marchés couverts resteront ouverts durant toute la période", tient à rassurer le préfet de police Laurent Nuñez.

Néanmoins, pour les commerçants des marchés les plus impactés, avec une dizaine de dates supprimées pendant l'été, la perte peut être colossale.

"Fermé avec des dettes"

Situé non loin du Parc des princes, le marché d'Auteuil dans le 16e arrondissement de la capitale est l'un des plus concernés par ces restrictions, avec neuf annulations. "On comptait justement sur les JO pour rester ouverts, on nous avait dit que ça allait nous apporter une clientèle nouvelle", raconte Christine Piguel, charcutière sur le marché, au micro de BFM Paris-Île-de-France. "Et on a eu la mauvaise nouvelle il y a 15 jours que l'on devait fermer."

Même constat au marché voisin du Point du Jour où travaille également Christine Piguel, et qui est lui fermé 12 fois entre le 28 juillet et le 8 septembre. "Les JO, ça fait quatre ans que c'est prévu, on n'annonce pas ça au dernier moment", s'insurge la commerçante.

Un réel coup dur pour la charcutière qui avait déjà anticipé les Jeux. "J'avais prévu le personnel, la marchandise. Malheureusement, on va se retrouver fermé avec des dettes."

"On ne nous avait pas vendu ça comme ça"

Pour compenser ce revenu perdu, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé mardi 9 juillet que les professionnels concernés n'auront pas à payer de redevances sur leurs places de marchés.

Insuffisant pour Christine Piguel. "C'est une miette de pain, ça ne suffit pas", estime-t-elle. "Et le chiffre d'affaires? Et le personnel? Comment on fait pour le payer? On est très contrariés, on ne nous avait pas vendu ça comme ça."

Pour les clients aussi, la pilule est difficile à avaler. "C'est triste, les supermarchés qui sont ici (16e arrondissement, NDLR) sont chers, mal achalandés", explique une habituée, déçue. "On ne voit pas bien pourquoi c'est fermé, ça va nous poser un vrai problème", ajoute un autre riverain.
Les commerçants sédentaires seront également impactés s'ils sont situés dans des zones sensibles. Une partie des terrasses parisiennes sera notamment interdite pendant toute la période des JO.

Article original publié sur RMC Sport