Publicité

Tournoi des six nations: les Bleus renversants finissent deuxièmes derrière les Irlandais

Les joueurs du XV de France célèbrent leur victoire face à l'Angleterre 33-31 lors de la dernière journée du Tournoi des six nations le 16 mars 2024 à Decines-Charpieu près de Lyon (Olivier CHASSIGNOLE)
Les joueurs du XV de France célèbrent leur victoire face à l'Angleterre 33-31 lors de la dernière journée du Tournoi des six nations le 16 mars 2024 à Decines-Charpieu près de Lyon (Olivier CHASSIGNOLE)

En surmontant sur le fil l'Angleterre (33-31), grâce à une pénalité de Thomas Ramos à la dernière minute, le XV de France a en partie fait oublier sa piètre entame de Tournoi des six nations, remporté pour la deuxième fois consécutive par l'Irlande.

Au moment d'entrer sur la pelouse, les Bleus, qui terminent deuxièmes derrière le XV du Trèfle, avaient déjà pris connaissance de la victoire irlandaise devant l'Ecosse (17-13), synonyme de sixième victoire dans le Tournoi depuis 2000 et le passage à six nations (quatre Grands Chelems).

C'est la première fois depuis le doublé de l'Angleterre en 2016 et 2017 qu'une équipe conserve son titre.

Malgré tout, les hommes de Fabien Galthié ont rempli leur part du contrat en dominant les Anglais pour s'offrir la deuxième place du Tournoi pour la quatrième fois sous le mandat du sélectionneur.

Un résultat positif qui n'occulte pas les débuts laborieux, marqués par un lourd revers à domicile devant l'Irlande (38-17).

La suite n'a pas été beaucoup plus heureuse avec une victoire un brin chanceuse en Ecosse (20-16) suivie d'un nul piteux devant l'Italie (13-13).

Ils ont fini par relever la tête à Cardiff face au pays de Galles (45-24) avant d'enchaîner devant le XV de la Rose donc.

Dans la capitale des Gaules, les Bleus, bien en place, ont pu compter sur des essais du jeune demi de mêlée Nolann Le Garrec (20e), de l'arrière Léo Barré (56e) et du centre Gaël Fickou (60e) pour faire la différence.

La terrible désillusion du Mondial-2023 ne semble pas totalement digérée et ce succès étriqué face au XV de la Rose a d'ailleurs été un résumé du Tournoi français: du bon et du franchement moins bon marqué par des absences coupables, notamment en défense, et des actions offensives de classe.

Si les coéquipiers de Grégory Alldritt ont joué avec le feu, ils ont également aussi su relever la tête alors qu'ils semblaient acculés et incapables de réagir. D'autant que, pour une fois, le banc, à commencer par le talonneur remplaçant Peato Mauvaka, a apporté sa pierre à l'édifice.

Le demi d'ouverture Thomas Ramos s'est également signalé en terminant meilleur réalisateur du Tournoi devant l'Ecossais Finn Russell (47 points), avec soixante-trois points dont dix-huit contre les Anglais. Il avait déjà signé un tel exploit l'année dernière, avec 84 points cette fois.

Mais tout cela est resté secondaire puisque l'Irlande a poursuivi sa marche inexorable vers son vingt-quatrième sacre dans le Tournoi, histoire de fêter la Saint-Patrick avec un jour d'avance.

Les Tricolores, eux, ont remporté leur première rencontre à domicile depuis la dérouillée infligée à l'Italie (60-7), lors de la phase de poules du Mondial-2023... le 6 octobre 2023.

C'était déjà à Lyon. Une manière idéale de boucler la boucle et de finir sur un joli clap de fin.

mca/bde