Tour de France: "Je tourne depuis des années pour avoir une grosse victoire", la fierté d'Anthony Turgis après sa victoire à Troyes

L'abnégation a fini par payer. À l'issue d'une journée intense pleine de rebondissements, Anthony Turgis a su se montrer patient pour régler au sprint ses compagnons d'échappée pour devancer le Britannique Tom Pidcock et le Canadien Derek Gee et signer la plus belle victoire de sa carrière.

"C'est incroyable. Je tourne depuis des années pour avoir une grosse victoire. Je sais que j'ai encore un peu de mal dans les bosses. J'ai essayé de gérer au mieux, je craquais et je revenais. L'équipe m'a laissé quartier libre", a réagi le coureur TotalEnergies au micro de France 2 à l'arrivée. Le coureur a dédié cette victoire à sa famille, et particulièrement à ses frères, Jimmy et Tanguy, qui ont tous deux arrêté leur carrière professionnelle dans le cyclisme après des problèmes cardiaques.

>> Revivez la 9e étape du Tour de France

Troisième victoire française sur ce Tour

Spécialiste des classiques, le Francilien de 30 ans, issu d'une famille de cyclistes, avait déjà pris la deuxième place de Milan-San Remo. Il apporte à sa formation TotalEnergies sa première victoire dans le Tour de France depuis celle de Lilian Calmejane en 2017. "C'est mon 7e Tour de France, c'est incroyable. Après certains Tour de France, j'ai mal fini, des fois avec 39°C de fièvre. Le Tour m'a beaucoup pris. Ce serait bien qu'il me donne. Là, c'est incroyable. Hier, septième, ça s'approchait. J'y croyais mais ça paraissait tellement loin de gagner sur une étape du Tour. J'ai failli craquer à deux reprises, mais plus je m'approchais de la ligne, plus j'avais confiance", a poursuivi Anthony Turgis, les yeux rougis par l'émotion.

Une émotion partagée par son directeur sportif Jean-René Bernaudeau. "Je suis très ému, parce qu'Anthony, c'est une belle famille. Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de milliardaires qui peuvent se payer mes larmes aujourd'hui. Il a connu beaucoup de souffrance, de malchance. On parle beaucoup de ceux qui sont en tête mais on oublie qu'il a eu des accidents graves. Il vient de nous récompenser, c'est quelqu'un de précieux pour nous. Un jour, les planètes s'alignent, il n'y a pas que de la malchance."

C'est déjà la troisième victoire française dans ce Tour après celles de Romain Bardet et Kévin Vauquelin lors des deux premières étapes. Après une première semaine intense, le peloton s'offre une journée de repos bien méritée ce lundi.

Article original publié sur RMC Sport