Tour de France 2024: Vingegaard n’a "pas eu de couilles", regrette Evenepoel

Jonas Vingegaard a les oreilles qui sifflent depuis dimanche. Le double tenant du titre du Tour de France a provoqué l’agacement de ses deux principaux rivaux au général pour ne pas avoir voulu rouler lors d’une échappée avec Tadej Pogacar et Remco Evenepoel, lors de la 9e étape du Tour de France. Le maillot jaune, son dauphin et le double tenant du titre avaient rejoint le groupe de tête à un peu plus de 70 kilomètres de l’arrivée avant de se relever face à l’absence de relais de Vingegaard. Evenepoel a regretté cette tactique tout en la comprenant.

"Parfois il faut aussi courir avec des couilles et malheureusement, Jonas ne les avaient peut-être aujourd’hui"

"Tadej et moi n’étions pas heureux parce que je pense que le podium pour le Tour aurait déjà pu être décidé aujourd’hui", a-t-il regretté sur la chaine anglaise ITV. "Nous devons accepter les tactiques et les situations de course. Mais parfois il faut aussi courir avec des couilles et malheureusement, Jonas ne les avaient peut-être aujourd’hui. Ce sont des tactiques de course, mais pas de problème. La course est toujours très longue et j’accepte totalement les raisons pour lesquelles il n’a pas couru. Mais Tadej et moi, on aime attaquer tous les deux assez loin de l’arrivée. Nous voulions continuer, Jonas était plus défensif mais nous devons accepter, il avait toutes les bonnes raisons de courir comme ça. Je comprends complètement pourquoi."

S’il se montre un peu amer, Evenepoel est aussi compréhensif et bien moins vindicatif que Pogacar, très remonté contre Vingegaard et la tactique de marquage de son équipe Visma-Lease a Bike. "Je pense que Vingegaard a peur de moi", a estimé Pogacar sur la ligne d'arrivée sur France 2. "S’il n'avait pas peur de moi, il aurait pris les relais, surtout qu'il avait un coéquipier. Ils ont peur de moi, ils ne pensent qu'à ma roue et ne pensent pas à Remco (Evenepoel) ni à Primoz (Roglic). Je pense que chez Visma, ils n'ont regardé que moi et pas assez les autres."

"Moi j'aime courir avec le coeur, aujourd'hui c'était une course pour le faire. Ça aurait été bien d'y être allé, on aurait consolidé le podium. Mais ce n'est pas ce que Visma veut. Ils ne regardent que moi, et vont faire ça jusqu'à la fin." Le Solèbe, actuel leader du classement général, a même usé d’un ton plus menaçant: "Je crois qu'il pourrait y avoir un retour de bâton plus tard" avant d’ajouter "Je m’en souviendrai".

Article original publié sur RMC Sport