Taxe foncière : cette date limite à ne pas manquer en septembre

Depuis le 30 août, les propriétaires immobiliers reçoivent progressivement leur avis de taxe foncière. À la lecture du document émis par la Direction générale des finances publiques (DGFiP), près de 85% d’entre eux font le constat que leur commune n’a pas relevé le taux de son impôt local en 2023. À l’inverse, une petite minorité de propriétaires subit des hausses, parfois très conséquentes.

Cette année, l’exemple emblématique est la ville de Paris, où l’édile Anne Hidalgo (PS) a fait voter une augmentation de 51,9% de l’impôt acquitté par les propriétaires parisiens. À un jet de pierre de la capitale, la ville de Meudon dans les Hauts-de-Seine voit également sa taxe foncière grimper fortement, de 35,1%. Plus au sud, à Grenoble, le maire Europe Écologie-Les Verts (EELV) Eric Piolle a lui aussi arbitré pour une hausse de la taxe foncière. Pour les propriétaires grenoblois, cela se traduit cet automne par une progression de 24,4% de leur impôt local.

À cette augmentation des taux s’ajoute, et cela pour l’ensemble des propriétaires de l’Hexagone, une revalorisation de +7,1% de la valeur locative cadastrale des logements. Une valeur cadastrale qui sert de socle au calcul de la taxe foncière, et dont la revalorisation varie chaque année en fonction de l’inflation.

Si vous vous demandez quel moyen de paiement utiliser pour régler votre taxe foncière cet automne, sachez que vous avez jusqu’au 30 septembre pour adhérer au prélèvement à l’échéance.

C’est-à-dire à un prélèvement automatique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite