Syndrome du nid vide : "Du jour au lendemain, on a l'impression de ne plus servir à rien", témoigne Anne

"Profite, ça passe si vite", lance-t-on souvent aux parents de jeunes enfants, qui ont alors du mal à y croire. Quelques années plus tard pourtant, 20% des mères* disent ressentir une sorte de "baby blues" à retardement le jour où leur petit dernier s’en va. Sentiment de vide et d’inutilité, tristesse, manque d’énergie, problèmes cutanés ou digestifs, stress, perte de sommeil et d’appétit… Les symptômes peuvent être multiples. Défini aux Etats-Unis dans les années 70, le "syndrome du nid vide" est aujourd’hui évoqué dans des films (Mon bébé de Lisa Azuelos, 2019), des romans (Le dernier enfant de Philippe Besson, Julliard, 2021) ou encore des groupes de discussion en ligne… Le nommer et accepter qu’il s’installe un temps dans sa vie aident souvent à retrouver l’énergie de se projeter à nouveau.

* Etude Appinio CEW sur les femmes et le vieillissement, 2019.

"Mes deux derniers sont partis de la maison il y a environ 18 mois, à 25 et 20 ans. Au début, ils m’appelaient rarement, ils étaient tout le temps occupés… Je me sentais un peu abandonnée. Je ne connaissais pas le syndrome du nid vide et je n’ai pas compris pourquoi je me sentais aussi déprimée. On parle peu de cette tristesse qui saisit les mères à cette période charnière de leur vie, elle est un peu taboue. En plus, j’ai divorcé à peu près au même moment : le départ des enfants a mis en évidence ce qui n’allait pas dans notre couple, qui tenait surtout grâce à eux. J’ai toujours aimé le développement personnel, alors j’ai (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite