Sanofi : des "résultats très prometteurs" observés pour son traitement contre le virus respiratoire des nourrissons

Le laboratoire français Sanofi a revendiqué vendredi des "résultats très prometteurs" après une vaste étude réalisée sur son traitement préventif nirsevimab, codéveloppé avec le britannique AstraZeneca, visant à réduire les risques d'hospitalisation pour les nourrissons atteints du virus respiratoire syncytial (VRS). Ce médicament, premier traitement préventif au monde approuvé contre le VRS, à l'origine de la bronchiolite, a permis "d'éviter 83,21 % des hospitalisations chez les nourrissons de moins de douze mois ayant reçu une dose unique de nirsevimab, comparativement aux nourrissons qui n'ont reçu aucune intervention" contre le virus, a précisé Sanofi dans un communiqué.

Ce constat est le résultat d'une étude de phase trois réalisée sur plus de 8.000 enfants en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, au moyen de données collectées en situation réelle pendant la saison 2022-2023 de circulation du VRS. "La charge globale pesant sur les systèmes de santé pourrait être considérablement allégée si le nirsevimab était administré à tous les nourrissons. En 2017, les dépenses de santé directement liées au VRS (incluant les soins en milieu hospitalier, les consultations externes et les soins de suite) se sont élevées, selon les estimations, à 4,82 milliards d'euros" à l'échelle mondiale, souligne Sanofi.

Actuellement, neuf enfants sur dix sont infectés par le VRS avant l'âge de deux ans. Même si l'infection est généralement sans gravité, près d'un enfant sur trois qui se présente aux (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Railcoop, qui ambitionne un train quotidien Lyon-Bordeaux, a du mal à boucler son budget
Faillites de banques, spectre d’un défaut des Etats-Unis… “la planète fonce-t-elle vers une nouvelle crise ?”
Stocks de gaz : l’Union européenne lance son premier appel d’offres pour des achats groupés
Carrefour : le groupe ouvre les négociations pour céder plusieurs magasins au Brésil
Electrolux : le fabricant suédois bientôt sous pavillon chinois ?