Saïd Chabane, l'ex-président d'Angers, jugé en mars pour blanchiment en bande organisée

L'examen de l'affaire sur cinq jours "permettra d'aller au fond des questions qui sont surtout des questions de procédure," a réagi auprès de l'AFP, Me Bernard Benaiem, avocat de Saïd Chabane, qui estime que "le dossier est vide". "Cette durée ne présume pas de la teneur des débats," selon Me Benaiem qui considère que la levée du contrôle judiciaire, décidée mercredi par le tribunal, est "un signe encourageant". Chabane et les quatre autres personnes renvoyées devant le tribunal contestent les faits qui leur sont reprochés. La Fédération française de football (FFF) s'est constituée partie civile dans cette affaire.

Chabane a démission du Sco en mars

Démissionnaire de son poste de président depuis le 21 mars dernier, Saïd Chabane a cédé sa place à son fils Romain Chabane. Une première perquisition, en juin 2022, avait eu lieu aux sièges du club angevin et de celui de Saint-Etienne, dans le cadre de l'enquête menée à Bobigny.

Sur les trois agents de joueurs alors placés en garde à vue, un seul possédait la licence lui permettant d'exercer cette profession. Puis en janvier, le SCO d'Angers avait une nouvelle fois été perquisitionné. Le club assurait alors n'avoir rien à se reprocher. Le SCO est plongé depuis plus de trois ans dans une crise profonde. Sur le plan sportif, Angers est relégué en Ligue 2 après avoir échoué à la 20e et dernière place de Ligue 1 cette saison.

Article original publié sur RMC Sport