Royaume-Uni : Le Conseil de l’Europe s’alarme du traitement réservé à Julian Assange

l’alerte est lancée - Le fondateur australien de WikiLeaks, arrêté il y a cinq ans, est détenu depuis dans une prison londonienne et lutte contre son extradition vers les Etats-Unis

La rapporteuse de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a exprimé mardi sa « vive préoccupation concernant le bien-être » de Julian Assange à l’issue d’une visite de deux jours dans la prison de Belmarsh, au Royaume-Uni. Le fondateur australien de WikiLeaks, arrêté il y a cinq ans au Royaume-Uni, est détenu depuis dans cette prison londonienne et lutte contre son extradition vers les Etats-Unis.

Poursuivi par la justice américaine pour avoir publié à partir de 2010 plus de 700.000 documents confidentiels sur les activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan, il encourt jusqu’à 175 ans de prison.

« Dissuader d’autres lanceurs d’alerte »

« Le traitement sévère réservé à Julian Assange risque de dissuader d’autres personnes désireuses de communiquer des informations véridiques sur les conflits armés », s’est alarmée Sunna Aevarsdottir, parlementaire islandaise et à ce titre membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

« Qu’il soit extradé ou non, les poursuites engagées contre lui et sa longue détention risquent déjà de dissuader d’autres lanceurs d’alerte et journalistes de dénoncer les diverses transgressions commises par des gouvernements ou des (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Affaire Julian Assange : Son avocate confiante d’un éventuel abandon des poursuites par les Etats-Unis
Affaire Julian Assange : Le Royaume-Uni veut la garantie que le fondateur de WikiLeaks ne sera pas condamné à mort
WikiLeaks : Journée décisive pour Julian Assange qui attend le verdict sur son extradition
César 2024 : C’était quoi ce pin’s rouge porté par certains artistes ?
Affaire Julian Assange : De WikiLeaks aux accusations de viol, le point sur quinze années de tribulations judiciaires