Roland-Garros: Rublev craque et prend la porte au 3e tour

Le joueur de tennis russe Andrey Rublev lors de son match contre l'Italien Matteo Arnaldi au 3e tour du tournoi de tennis de Roland Garros à Paris le 31 mai 2024. (Bertrand GUAY)
Le joueur de tennis russe Andrey Rublev lors de son match contre l'Italien Matteo Arnaldi au 3e tour du tournoi de tennis de Roland Garros à Paris le 31 mai 2024. (Bertrand GUAY)

Le N.6 mondial Andrey Rublev, à bout de nerfs et quelque peu honteux après-coup, est passé à côté de son troisième tour à Roland-Garros, vendredi, balayé 7-6 (8/6), 6-2, 6-4 par l'Italien Matteo Arnaldi (35e), auteur d'une performance très solide.

Le Russe de 26 ans, habitué aux deuxièmes semaines du côté de la Porte d'Auteuil, où il a atteint deux fois les quarts de finale, a quitté le court Suzanne-Lenglen quasiment en larmes, après avoir vu rouge durant la rencontre, hurlant, s'infligeant des coups de raquette sur ses cuisses quand ce n'étaient pas des gifles sur son visage...

Une attitude pour le moins inquiétante qu'il a regrettée en conférence de presse, entre affliction et résignation de ne pouvoir se contrôler au plus haut de ses frustrations. Je suis vraiment déçu de mon comportement. De ce point de vue, je ne crois pas que j'aie fait pire sur un Grand Chelem. C'est la première fois où j'ai vraiment été aussi mauvais dans l'attitude", a-t-il admis.

Ainsi, il a souvent été moins question de tennis que de torture psychologique dans ce match pour Rublev, qui n'est pourtant pas passé loin de remporter la première manche. A ce titre, il pourra regretter son manque de réalisme, car il a breaké le premier, avant de gâcher ensuite une balle de set dans le jeu décisif.

- "Tout m'a échappé" -

Sur quoi, le récent vainqueur du Masters 1000 de Madrid, performance qui a fait de lui un potentiel candidat pour le titre à Roland-Garros, est sorti de son match, accumulant les grossières erreurs, incapable de se calmer.

"Le problème, c'est la tête. Aujourd'hui je me suis tué moi-même, point barre (...) Je me suis effondré, tout m'a échappé", a-t-il encore soufflé de dépit.

En face, Arnaldi, qui participe à 23 ans à son deuxième Roland-Garros, est lui bien resté concentré jusqu'au bout, pour boucler l'affaire en 2h33.

"Gagner le premier set m'a forcément mis en confiance dans ce match où je n'étais pas le favori. Il n'a certes pas joué son meilleur tennis, mais mon plan tactique a aussi très bien fonctionné", s'est félicité l'Italien qui affrontera en 8es de finale soit le Grec Stefanos Tsitsipas (9e) soit le Chinois Zhizhen Zhang (44e).

Pour Rublev, le temps de l'introspection s'impose pour travailler sur ses émotions, mais l'heure était à la résignation. "Il y a des moments où c'est difficile pour moi d'être gentil avec moi-même et de prendre soin de moi-même quand je suis sur le court... je suis sûr que ces moments n'arriveront jamais".

nip/bvo