Ringards, vous dites ? Les romans-photos, c’est le comble du cool

OVNI LITTERAIRE - Sur les pas de « Guacamole Vaudou » de Fabcaro et Éric Judor, Ovidie et Sophie-Marie Larrouy ont sorti fin mai un roman-photo, « La Fabrique du prince charmant »

Des photos ultra nettes, des brushings impeccables, des hommes virils et des histoires d’amour à l’eau-de-rose. Les romans-photos, si chers au magazine Nous Deux, connaissent une seconde jeunesse surprenante, réinventant le genre à coups d’humour et de discours politiques.

En 2022, les éditions Seuil ont renoué avec ce phénomène culturel de l’après-guerre, tombé en désuétude, avec une œuvre déjantée. Guacamole Vaudou, écrit par Fabcaro et interprété par Eric Judor, fait un carton. Avec 120.000 exemplaires vendus, l’histoire de Stéphane Chabert, roi de la lose, fait mieux que certains prix Albert Londres. Il est resté dans les dix meilleures ventes toutes catégories confondues pendant plusieurs semaines d’affilée.

Place à l’absurde et la critique

Deux ans plus tard, fin mai 2024, au tour d’Ovidie et Sophie-Marie Larrouy de jouer avec les codes de ce moyen d’expression pour déconstruire les relations hommes-femmes. Le duo féministe, déjà derrière la série Des gens bien ordinaires sur Canal+, s’est amusé à associer des images sorties d’un autre temps à des textes ultra-ironiques sur le monde d’aujourd’hui. Moins de deux semaines après sa sortie, La Fabrique du prince charmant, occupe la 19e place des meilleures ventes de livres, selon le (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
« Libres ! » sur Arte : « La vulve est sous-représentée par rapport à la bite », souligne Ovidie, la créatrice
Cinq services qui numérisent le roman-photo
Le roman-photo se remet à la page