Retraite de l'auto-entrepreneur : droits, cotisations et calcul

Dès la déclaration de leur activité et leur immatriculation, les auto-entrepreneurs (aussi appelés micro-entrepreneurs depuis janvier 2018) sont affiliés automatiquement pour leur retraite au régime de la Sécurité sociale des indépendants (SSI).

Les cotisations encaissées par l’URSSAF sont dispatchées, selon l’activité, entre la caisse de retraite sécurité sociale des indépendants (SSI). Et ce, pour les professions relevant du commerce et de l’artisanat et la CIPAV pour certaines activités relevant du régime des professions libérales.

Chaque trimestre (ou chaque mois selon son souhait), l’auto-entrepreneur doit effectuer une déclaration de chiffre d’affaires qui représente le total des ventes ou prestations réalisées. C’est le chiffre d’affaires brut HT qui est retenu.

Les cotisations sont proportionnelles au chiffre d’affaires déclaré.

Bon à savoir : un auto-entrepreneur qui ne réalise pas de chiffre d’affaires ne cotise pas, mais n’acquiert pas de droit à la retraite.

Chaque mois (ou trimestre), l'auto-entrepreneur verse des cotisations pour l’ensemble de sa protection sociale. Un pourcentage du montant versé correspond à sa retraite de base et à sa retraite complémentaire.

Il diffère selon l’activité en fonction et selon le régime d’imposition auquel est soumis le micro-entrepreneur.

Ce régime comprend la vente de biens ; certaines prestations de service.

Taux de versement social forfaitaire global : 12,30% du CA déclaré.

Taux de versement social forfaitaire global : 21,2 % (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite