"Je reconnais mes erreurs" : Accusé d’antisémitisme, Médine fait son mea-culpa

A moins que vous ayez coupé votre téléphone durant vos vacances, vous avez sûrement entendu parler de Médine ces derniers jours. Le rappeur est invité lors des universités d’été du parti Europe Écologie-les-Verts et est au cœur du scandale, certains lui reprochant notamment des positions antisémites. Il avait par exemple eu des propos controversés sur l’essayiste Rachel Khan, qualifiant cette petite fille de déportée de "resKHANpée". "C’est une erreur, je le reconnais. C’est un tweet maladroit, car je n’avais pas en tête l’histoire de sa famille", a-t-il concédé en préambule. "Depuis trois semaines, on m’invective sur les réseaux et j’ai flanché. Je me suis aussitôt excusé envers elle et les familles de déportés. L’antisémitisme est un poison, je le combats depuis longtemps", a continué le rappeur. Invité à s'exprimer sur une "quenelle" qu’il avait fait en 2014, il a également fait marche arrière. "C’est aussi une erreur. Je l’ai regrettée mais trop tard et pas avec assez de force. J’aurais dû être beaucoup plus ferme dans la dénonciation de la quenelle et du discours de Dieudonné", a déploré Médine.

À lire également

Qualifié "d'islamiste" et accusé "d'appeler au meurtre", le rappeur Médine porte plainte contre Aurore Bergé

"Aujourd’hui, c’est le cas, je considère la quenelle comme un geste antisémite et condamne Dieudonné. C’est le parcours d’un artiste, au moins je reconnais mes erreurs, tout le monde ne le fait pas", a-t-il lancé. Concernant l’énorme polémique que suscite sa présence aux universités d’été du parti Europe Écologie-les-Verts, il a assuré que cette situation était "compliquée" pour sa famille. "Le traitement médiatique est démesuré, il y a un emballement pas possible… Alors que je fais partie d’une cinquantaine d’invités. À la base, on m’invite dans ma ville pour parler de mes textes, ce qui est flatteur, car cela montre que ce que j’écris dépasse la sphère du rap. Et au final, on parle de tout sauf des vrais problèmes, de l’urgence climatique, de la montée de l’extrême droite, de ses idées…", a-t-il regretté.

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi