PSG : "Lundi prochain, le nouvel entraîneur doit être là", Riolo plaide pour "des annonces fortes"

Le marché des transferts bruisse de rumeurs d’un grand chambardement à venir au Paris Saint-Germain, au sortir d’une saison chaotique, l’une des pires de l’ère QSI en termes de résultats. Le titre de champion de France étant désormais acquis, des décisions pourraient être prises rapidement pour changer ce qui peut ou doit l’être, selon le point de vue des dirigeants parisiens.

>> Les infos mercato EN DIRECT

Malgré son titre de champion, Christophe Galtier a connu une saison compliquée au PSG, et même s’il a exprimé le souhait de connaître une deuxième saison à Paris, ce n’est pas la tendance. La volonté de changer d’entraîneur a pris le dessus. "Galtier ne mérite pas de rester une deuxième saison, c’est une anomalie qu’il ait été nommé à ce poste, a estimé Daniel Riolo lundi soir, dans l’After. Les supporters du Paris Saint-Germain ont besoin d’annonces fortes et concrètes."

>> Les podcsats de l'After Foot

"On n'a pas envie que ça traîne"

Daniel Riolo plaide pour la nomination très rapide d’un nouvel entraîneur: "Lundi prochain, l’entraîneur doit être là pour avoir son mot à dire sur le recrutement." Plusieurs noms sont évoqués pour remplacer Christophe Galtier, dont le sort semble scellé, mais trois se dégagent plus que les autres. Selon nos informations, il s’agit de José Mourinho, Thiago Motta et Xabi Alonso, l’entraîneur du Bayer Leverkusen. Des premiers contacts ont été initiés avec l’ancien milieu du Real Madrid, mais le convaincre de venir ne sera pas une mince affaire. Comme pour les deux autres, rien n’est garanti à ce stade.

"On est tous très pressé de savoir qui va être le futur entraîneur du Paris Saint-Germain, on attend l’interview de Nasser Al-Khelaïfi, le choix, s’impatiente Daniel Riolo. On n’a pas envie que ça traîne, parce que, pire que tout, ce serait qu’on entende des noms et que l’entraîneur arrive au dernier moment avec un effectif quasiment fait. Non, il faudrait que l’entraîneur soit nommé très vite, pour qu’il ait son mot à dire sur la façon dont va jouer l’équipe et qu’on puisse orienter le recrutement pour aller vers lui, les choix qu’il aura envie de faire."

Article original publié sur RMC Sport