Pourquoi le maillot à pois est une tradition française ?

Dans le Tour de France, quatre maillots distinctifs sont attribués quotidiennement au premier des quatre classements. L'un des plus prestigieux est le maillot à pois, derrière le maillot jaune du leader du classement, distinction que les coureurs français apprécient tout particulièrement.

Romain Bardet, qui a remporté la première étape du Tour de France 2024 et a empoché le maillot jaune, en a fait son objectif pour sa dernière grande boucle : « Notre objectif secret, c'était le maillot à pois. C'est pour ça que je voulais être devant aujourd'hui. J'aurais aimé lui ramener. Là, c'est le gros lot et c'est fabuleux ».

À lire aussi Barguil, Martinez, Démarre... Ces Français qui peuvent s'imposer

Histoire de prestige

Pour porter et remporter à Paris (ou à Nice cette année) le maillot à pois, il faut briller lors des étapes de montagne, les plus exigeantes et les plus spectaculaires du Tour de France. Pour les coureurs français, c'est rejoindre la longue lignée des grands grimpeurs français, tels que Richard Virenque, qui a remporté sept fois le classement de la montagne (en 1994, 1995, 1997, 2000, 2002, 2003 et 2004), Romain Bardet en 2019, Julian Alaphilippe en 2018, Warren Barguil en 2017, Thomas Voeckler en 2012 et Laurent Jalabert en 2001 et 2002. Outre le prestige et les primes accordées, le maillot à pois assoit aussi une vraie popularité au sein du public. Les exploits en montagne sont très appréciés par les spectateurs français qui encouragent avec passion l...


Lire la suite sur ParisMatch