Les personnes qui lisent de la fiction ont un cerveau plus performant

La fiction boosterait certaines de nos capacités cognitives. | Polina Zimmerman via Pexels
La fiction boosterait certaines de nos capacités cognitives. | Polina Zimmerman via Pexels

L'impact de la consommation des récits de fiction sur le cerveau humain a longtemps constitué un sujet de discorde au sein du corps scientifique. Pour certains, il s'agirait seulement d'une source de divertissement qui présenterait plusieurs désagréments, comme une tendance à ôter son lecteur son ancrage vis-à-vis du monde réel; mais pour d'autres, ce serait un excellent moyen d'améliorer ses capacités cognitives. L'équipe de Lena Wimmer, chercheuse à l'université allemande de Wurtzbourg, a mené une nouvelle étude afin de déterminer comment la lecture de fiction affecte le cerveau.

Psypost reprend les résultats de l'enquête publiée dans le Journal de la psychologie expérimentale, où il est expliqué que l'équipe de chercheurs a mené deux méta-analyses distinctes. Ce processus consiste à combiner les résultats de plusieurs études indépendantes afin d'en tirer des conclusions.

Une tendance positive commune

La première s'est concentrée sur les études expérimentales. Les spécialistes ont rassemblé soixante-dix analyses de ce type, qui impliquaient un total de 11.172 participants. Les résultats ont montré que la lecture de fiction «avait un effet positif faible, mais statistiquement significatif, sur les compétences cognitives en général», détaille Psypost. Les avantages étaient plus prononcés au niveau de l'empathie et de la capacité à comprendre les intentions d'autrui.

La seconde méta-analyse regroupe les travaux mesurant l'impact des écrits de fiction sur des lecteurs réguliers, tout au long de leur vie. La combinaison de 114 études a mis en évidence une relation positive et constante entre la quantité de fiction lue au cours d'une vie et l'amélioration des compétences cognitives. Cette corrélation était particulièrement forte pour les capacités verbales et cognitives générales (comme le raisonnement ou la résolution de problèmes).

En conclusion, «ce projet de recherche…

Lire la suite sur Slate.fr