"Passe à autre chose": Riolo demande à Deschamps de quitter le banc des Bleus après l'élimination à l'Euro

Souriant, mais un brin vexé. Sous contrat jusqu'en 2026, Didier Deschamps - qui a rempli l'objectif fixé par le président de la FFF Philippe Diallo lors de cet Euro - a tout de même été interrogé sur son avenir en conférence de presse, après la défaite des Bleus contre l'Espagne (2-1) en demi-finale. "Vous êtes redoutables... Posez la question à mon président. Là je viens de perdre une demi-finale. (...) Je vous respecte, respectez aussi les personnes qui ont de la responsabilité. (...) Vous connaissez très bien la situation et ce que pense mon président", a rétorqué le sélectionneur.

Une réponse sèche, qui ne traduit pas franchement une envie de passer la main. Pourtant, c'est ce qu'a demandé Daniel Riolo dans l'After Foot, sur RMC.

>>> Revivez France-Espagne (1-2)

"Va jouer au padel tranquille à Monaco"

"Il s'accroche, il reste. Peut-être que là sur le moment, lui demander s'il se casse, ça peut le perturber, mais la question se posera dès demain, ou quand il veut. Mais le mec est là depuis 12 ans et ne veut surtout pas entendre la question... Stop. Ça suffit. Va-t'en. Va jouer au padel tranquille à Monaco, au soleil. Passe à autre chose", a réagi l'éditorialiste.

"Il ne veut tellement pas que Zidane prenne l'équipe de France parce qu'il sait que tous les gens ont envie de ça", poursuit Riolo. "Lui il est contre cette idée-là. Tellement ça lui fait du mal que Zidane qui n'a pas entraîné l'équipe de France une minute soit attendu comme un sauveur, alors que lui qui a gagné une Coupe du monde et qui vient de faire une demie à l'Euro, on a envie qu'il parte. Psychologiquement, cet homme-là est atteint. Atteint par le fait que depuis le début de sa carrière, il n'est pas le beau de l'histoire. Lui, c'est le moche de l'histoire. Et il le vit très mal. C'est une cicatrice depuis ses 20 ans, depuis que Michel Platini a dit de lui que c'était un porteur d'eau quand il a commencé en équipe de France."

Et d'en rajouter une couche: "Il vit mal le fait qu'il n'ait pas de reconnaissance à la hauteur de son palmarès. C'est une cicatrice. Il a envie qu'on l'aime et voit bien que les gens ne l'aiment pas complètement. Il sera toujours dans l'ombre de Zidane et Platini, et ça il le vit mal."

Article original publié sur RMC Sport