"Vous ne pensez pas qu’il a déjà marqué l’histoire?" la réponse agacée de Deschamps aux critiques visant Mbappé

Même sur une jambe, le sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps préférera toujours avoir Kylian Mbappé sur le terrain plutôt que de le savoir sur le banc rongeant son frein. "Même s’il n’est pas à 100%, je sais très bien que pour l’adversaire, de savoir qu’il est là, ça conditionne aussi, ils sont quand même obligés de s’adapter", a expliqué le patron des Bleus dans l’émission Téléfoot, ce dimanche matin.

A deux jours de la demi-finale de l’Euro 2024 contre une très séduisante sélection espagnole à Munich, Didier Deschamps a confirmé ce que tout le monde avait fini par comprendre au fil de la compétition. Le statut du capitaine Mbappé ne sera jamais remis en cause. Qu’importe que son attaquant star enchaîne les prestations indigentes, pourvu qu’il trouble les intentions du camp d’en face et fasse déjouer ses adversaires.

"Ce qui m'intéresse c’est la vie en interne"

Le sélectionneur sait aussi que son attaquant est capable par une fulgurance de débloquer un match. En attendant la masterclass, le prodige de Bondy, attendu comme le leader de l’attaque des Bleus, n’est toujours pas parvenu à réveiller un secteur offensif apathique. Loin d’entraîner ses coéquipiers dans son sillage, Mbappé semble à des années lumières de son meilleur niveau.

"Vous ne pensez pas qu’il a déjà marqué l’histoire ? Avec ce qu’il a fait jusqu’à maintenant ? Il veut marquer encore plus l’histoire, s’est agacé Deschamps sur Téléfoot. On a fait tout ce qu’on a pu avec lui, avec le staff médical, pour l’amener à être là. Pendant la préparation, il a eu un petit souci au dos aussi, mais Kylian est là." L’étoile pâlit, la machine collective est grippée sur le plan offensif, mais Deschamps n’en a cure et s’en tient à son plan.

Les critiques sur le style de jeu restrictif des Bleus ? "C’est factuel, a admis "DD". On a une efficacité offensive qui est moindre par rapport à celle qu’on avait, ce qui ne nous empêche pas d’être là et bien là dans le dernier carré, encore une fois. Après, des critiques, il y en a toujours. Ce qui m'intéresse c’est la vie en interne, entre ce que je vois, tout ce qu’on a à faire avec l’ensemble de mon staff, tout ce qui est extérieur, je vis avec ça, et je vis très bien (sourire)."

Article original publié sur RMC Sport