Nathaniel Olympio : « En Afrique, l’État français doit sortir du doute permanent »

Le président Emmanuel Macron et le président gabonais Ali Bongo Ondimba lors d'une réunion bilatérale au palais présidentiel de Libreville, le 1er mars 2023.  - Credit:Jacques Witt/Abaca
Le président Emmanuel Macron et le président gabonais Ali Bongo Ondimba lors d'une réunion bilatérale au palais présidentiel de Libreville, le 1er mars 2023. - Credit:Jacques Witt/Abaca

Près de soixante ans après les indépendances, en France comme en Afrique, le regard à poser sur la période coloniale fait l'objet de débats pas toujours des plus sereins. Opposant politique à la tête du Parti des Togolais mais aussi président du centre Kekeli-cercle d'études stratégiques sur l'Afrique de l'Ouest, Nathaniel Olympio vient de publier un essai fouillé et aiguisé, Quel avenir pour la France en Afrique ? – Jeunesse africaine en ébullition, dans lequel il pose un regard sans concession sur un débat plus que jamais d'actualité.

Au-delà des constats, cet ancien de Centrale Paris, qui se définit comme éco-entrepreneur, propose des solutions où le rôle de la jeunesse dans les débats politiques devient l'élément central d'un avenir commun. En ligne depuis Lomé, il a répondu aux questions du Point Afrique sur son ouvrage mais aussi sur l'actualité des législatives en France.

Le Point Afrique : Comment analysez-vous la possible arrivée du Rassemblement national au pouvoir en France ?

 - Credit: ©  DR
- Credit: © DR

Nathaniel Olympio est également président du Think Tank Kékéli, Cercle d’études stratégiques sur l’Afrique de l’Ouest. © DR

Nathaniel Olympio : Je ne suis pas surpris par les résultats du premier tour des législatives françaises. Nous assistons, ces quarante dernières années, à une montée fulgurante de l'extrême droite en France comme ailleurs en Europe. Cela ressemble à une consécration. Le Rassemblement national, anciennement Front national, est le seul parti qui n'a cessé [...] Lire la suite