Mort de Steve Maia Caniço : « Une pluie de projectiles »… La police raconte le chaos d’une Fête de la musique tragique

Lacrymogènes - Le jeune animateur de 24 ans était tombé dans la Loire au moment de l’usage de gaz lacrymogènes par des policiers victimes de violences

Au tribunal de Rennes,

« Ma question vous gêne ? ». Silence. L’homme à la barre du tribunal correctionnel de Rennes est éteint. Les épaules rentrées sous son blouson de cuir marron, il marmonne une réponse à peine audible. « Oui, c’est un peu gênant ». Le témoin appelé à s’exprimer n’est pourtant pas réputé pour sa sensibilité. Face aux juges, David se présente comme le chef de la Bac de nuit de Nantes. Le 22 juin 2019, c’est lui qui dirigeait l’équipe de la brigade anticriminalité chargée d’intervenir sur le quai Wilson, où des milliers de personnes étaient réunies pour danser au son de la techno.

Une opération policière controversée

Durant cette nuit tragique, Steve Maia Caniço était tombé dans la Loire. Son corps sans vie avait été repêché cinq semaines plus tard. Cinq ans après la mort de l’animateur périscolaire de 24 ans, le commissaire Grégoire Chassaing est le seul assis, cette semaine, sur le banc des accusés. Le policier, aujourd’hui âgé de 54 ans et récemment promu à Lyon, est poursuivi pour homicide involontaire. Ce qui lui est reproché ? Avoir mené une opération de maintien de l’ordre controversée au milieu de fêtards parfois sérieusement avinés.

La question « gênante » de l’avocat du commissaire concerne l’utilisation de gaz lac(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Mort de Steve Maia Caniço : « Je n’imagine pas sa peur »… Effrayé par l’eau, Steve est mort noyé
Mort de Steve à Nantes : Depuis le drame, « l’insouciance de la fête a comme disparu »
Mort de Steve à Nantes : Minute par minute, le récit de la nuit de fête qui a viré au drame