Publicité

Mondiaux de biathlon: sans regret, Perrot au pied d'un podium dominé par la Norvège en sprint

Le biathlète français Eric Perrot au tir lors du sprint des Championnats du monde de biathlon à Nove Mesto, République Tchèque, le 10 février 2024 (Michal Cizek)
Le biathlète français Eric Perrot au tir lors du sprint des Championnats du monde de biathlon à Nove Mesto, République Tchèque, le 10 février 2024 (Michal Cizek)

Sans regret, Éric Perrot a terminé samedi au pied du podium du sprint des Championnats du monde de biathlon, première course individuelle dominée par un triplé norvégien, l'or revenant non pas à Johannes Boe, mais à Sturla Laegreid.

Au lendemain de l'historique quadruplé des Françaises sur le sprint (Julia Simon, devant Justine Braisaz-Bouchet, Lou Jeanmonnot et Sophie Chauveau), le staff tricolore a un temps espéré voir Éric Perrot monter sur ce podium qui échappe aux hommes de Simon Fourcade depuis le début de l'hiver.

A cause d'une petite faute sur le tir debout, alors qu'il était en tête de la course jusque-là, Perrot a vu ses espoirs de podium s'envoler, malgré des skis à nouveau bien préparés, comme la veille pour le sprint féminin.

"Je suis mitigé. C'est une belle course. J'ai tout donné, couru avec le cœur, avec les émotions, toute ma rage, toute mon envie et tout mon rêve. Et il en manque un petit peu. J'ai tout donné, je n'ai aucun regret. Je ne peux pas être pleinement satisfait, car mon rêve ce n"est pas d’être quatrième", a réagi le biathlète licencié à Peisey Vallandry.

Mercredi, il avait lancé le relais mixte au cours duquel il avait également manqué une cible, et avait utilisé ses trois pioches pour la blanchir. Son erreur avait été sans conséquence, puisque la France avait remporté l'or au bout du compte.

Samedi, il a dû faire un tour sur l'anneau de pénalité qui lui a coûté au final une première médaille mondiale individuelle à 22 ans, échouant à dix secondes de la troisième place, occupée par Vetle Sjaastad Christiansen.

"J'arrive sur ce tir (debout) en me disant qu'une seule chose: +Quoiqu'il se passe, fais-le avec de l'engagement, avec le cœur et sans penser, car sinon tu vas regretter+. C'est exactement ce que j'ai fait, alors je n'ai aucun regret", a expliqué Perrot.

C'est la quatrième fois de l'hiver que les Français échouent à une place du podium, après Émilien Jacquelin sur le sprint et la poursuite de Ruhpolding (Allemagne) mi-janvier et Quentin Fillon Maillet sur la mass start d'Anterselva (Italie) fin janvier.

- "Du positif" -

A Nove Mesto, les trois meilleurs Français ont tous fait une faute, Fillon Maillet terminant à la huitième place à une quarantaine de secondes de la tête, juste devant Jacquelin, neuvième à 55 secondes de la victoire.

"De façon globale, on fait notre meilleure performance de l'année. Il y a du positif et c'est bien pour demain", a estimé Fillon Maillet, double champion olympique de l'individuel et de la poursuite.

"Demain, en partant 10e, il y a la médaille à aller chercher, et je vais tout faire pour en tous cas. Sur la poursuite, c'est une course sur laquelle j'arrive à être plus naturel", a glissé Jacquelin, double champion du monde de la spécialité en 2020 et 2021.

Tous les trois partiront dimanche (17h05) pour la poursuite dans une position de chasseurs des Norvégiens, à commencer par Perrot, qui sera à moins d'une trentaine de secondes de Sturla Laegreid, sacré champion du monde samedi devant Johannes Boe.

Au coeur d'une saison faite de hauts et de bas, Laegreid a réussi un sans-faute sur le pas de tir et a devancé Johannes Boe pour trois secondes, le privant d'un huitième sacre mondial individuel.

Cet hiver, Laegreid n'avait pas encore remporté la moindre course et avait été exclu de la mass start de Lenzerheide dans les Grisons suisses, après une balle tirée dans l'hôtel des Norvégiens lors d'une séance censée être simulée.

Cet incident avait particulièrement marqué celui qui est désormais triple champion du monde individuel, après l'or de l'individuel et de la mass start en 2021.

tba/fby