Publicité

Mondiaux de biathlon: habituée à l'or, Julia Simon découvre le bronze sur l'individuel

La Française Julia Simon, troisième de l'individuel de Nove Mesto, en République tchèque mardi (Joe Klamar)
La Française Julia Simon, troisième de l'individuel de Nove Mesto, en République tchèque mardi (Joe Klamar)

Chercheuse et collectionneuse d'or à Nove Mesto aux Mondiaux-2024 de biathlon, Julia Simon a découvert mardi soir un nouveau métal, le bronze lors de l'individuel, sa quatrième médaille en autant de courses en République tchèque.

Le format extrêmement exigeant de l'individuel, cinq tours de trois kilomètres entrecoupés de quatre passages sur le pas de tir et une minute de pénalité à la moindre faute, est celui qui échappe pour l'instant à Julia Simon.

Dans sa carrière, en Coupe du monde ou lors des grands championnats, la biathlète des Saisies s'est imposée sur tous les autres types de course (sprint, poursuite, mass start), sauf celui-ci.

Mardi en début de soirée, dans la station tchèque de Nove Mesto, les températures ont enfin trouvé des allures un peu hivernales, autour de 2 ou 3 degrés pendant la course. En revanche, le vent est resté toujours aussi calme et quasiment inexistant sur le pas de tir.

Dans ces conditions, le sans-faute était une obligation pour aller chercher l'or, et Julia Simon a sorti une toute petite balle, la 17e de ses vingt tirs (depuis le début des Mondiaux, elle a tiré à 58/60).

"Vous n'arriverez pas à me faire regretter cette balle. Je suis vraiment très fière de ce que je suis en train de réaliser, et ça reste un podium, avec un 19 sur un individuel. Je suis vraiment très heureuse", a glissé Julia Simon avec un large sourire derrière son masque FFP2.

Le rêve fou de décrocher les quatre titres individuels en jeu en grand championnat, exploit que personne n'est parvenu à réaliser depuis l'introduction de la mass start en 1999 au programme des Mondiaux puis des JO en 2002, s'est ainsi envolé sur cette balle.

- Simon "Tombée sur plus fortes" -

Car devant Julia Simon, l'Italienne Lisa Vittozzi et l'Allemande Janina Hettich-Walz ont blanchi leur vingt cibles. Plus lentes sur les skis par rapport à la Française, elles ont respectivement conservé trente et neuf secondes pour s'emparer de l'or pour Vittozzi et de l'argent pour Hettich-Walz. Il s'agit du premier titre individuel pour la Transalpine, et la première médaille en solo pour l'Allemande.

"Je ne suis pas sortie de ma course, c'est juste que là, je suis tombée sur beaucoup plus fortes que moi", a reconnu Julia Simon.

Elle est la seule biathlète des Mondiaux-2024 à être montée sur le podium des quatre courses disputées jusqu'à présent en sept jours (or en relais mixte, sprint et poursuite, bronze en individuel).

"Être sur le podium des championnats du monde, ça reste très dur à aller chercher. Toutes les athlètes s'entraînent pour ça. Une erreur sur un individuel ça se remarque, ça fait beaucoup, mais un 19/20 ça reste une bonne course", a estimé Julia Simon.

Les biathlètes françaises avaient habitué à l'exceptionnel dans les Monts de Bohème-Moravie, avec un quadruplé sur le sprint (Simon devant Justine Braisaz-Bouchet, Lou Jeanmonnot et Sophie Chauveau) et deux tricolores sur le podium de la poursuite (Simon en or, Braisaz-Bouchet en bronze).

Mardi, elles ont à nouveau réalisé un joli tir groupé, avec Jeanmonnot 6e (une faute au tir) et "JBB" 7e (trois fautes au tir, meilleur temps sur les skis).

Le biathlon français compte à mi-course sept médailles -avec la razzia record de onze médailles aux Mondiaux-2016 à Oslo dans le viseur- porté par son équipe féminine.

Les hommes sont en lice mercredi en début de soirée pour l'individuel (20 km), et espèrent enfin débloquer leur compteur, eux qui ne sont pas encore montés en solo sur le podium cet hiver.

tba/lve