Publicité

Mixité sociale à l’école : Pap Ndiaye revoit ses plans à la baisse

Coup dur pour le ministre de l’Éducation. Pap Ndiaye devait présenter ce jeudi un plan historique sur la mixité sociale à l’école. Contraint de faire marche arrière, il s’est contenté de donner des objectifs généraux aux recteurs. Son projet, qu’il annonçait en grande pompe depuis janvier, s’est progressivement dégonflé, face au peu de soutien de la majorité.

Plusieurs leviers avaient été évoqués par le ministre pour favoriser le brassage scolaire et social : la création de « sections d’excellence », comme les sections internationales, dans des territoires défavorisés, la création de binômes de collèges « proches géographiquement mais très contrastés socialement », ou encore la participation de l’enseignement privé sous contrat (essentiellement catholique) à cet effort.

Attendues depuis novembre, les mesures avaient déjà été repoussées à plusieurs reprises. Elles ne concernent pour l’instant que l’enseignement public. Le protocole avec l’enseignement catholique, qui vise à augmenter la proportion de boursiers dans ses établissements financés à 75 % par l’État, sera signé dans un deuxième temps, probablement le 17 mai, a-t-on indiqué au ministère. Mais le secrétaire général de l’Enseignement catholique, Philippe Delorme, a déjà prévenu : « Nous n’accepterons ni quotas, ni rattachement à la carte scolaire, ni affectation obligatoire des élèves », a-t-il martelé jeudi dans un entretien à Libération.

Une déclaration aux journalistes sur WhatsApp

Finalement, Pap Ndiaye, qui...


Lire la suite sur LeJDD