Mayer veut "utiliser chaque minute pour augmenter (ses) chances de participer" aux JO

Kévin Mayer à Charléty le 7 juillet 2024 (Geoffroy VAN DER HASSELT)
Kévin Mayer à Charléty le 7 juillet 2024 (Geoffroy VAN DER HASSELT)

Kevin Mayer, double médaillé d'argent olympique blessé à une cuisse à moins d'un mois du décathlon aux Jeux de Paris, promet d'"utiliser chaque minute" qui l'en sépare "pour augmenter (ses) chances d'y participer", a-t-il écrit mardi sur les réseaux sociaux.

Tombé en plein 110 m haies au meeting de Paris dimanche, sur la piste du stade Charléty, Mayer souffre d'une "lésion importante au niveau de l'ischio-jambier gauche" qui compromet sa participation aux JO-2024, a indiqué son entourage lundi.

"C'est très dur de trouver les mots aujourd'hui. Tout paraît irréel depuis cette chute. Je touchais du bout des doigts la chance de m'exprimer dans le Stade de France aux Jeux olympiques. La route paraît bien plus longue aujourd'hui", estime le double vice-champion olympique (2016 et 2021) et double champion du monde du décathlon (2017 et 2022).

"Comptez sur moi pour utiliser chaque minute qui nous sépare du décathlon pour augmenter mes chances d'y participer", poursuit-il.

"Forcément, c'est un énorme coup de massue", a regretté le directeur de la haute performance de la Fédération française d'athlétisme (FFA) Romain Barras au cours d'un point-presse tenu mardi après-midi à proximité du Stade de France.

"On sait qu'une blessure musculaire qui arrive à ce moment-là, c'est quelque chose qui hypothèque gravement les chances d'être performant aux JO, a expliqué l'ex-décathlonien. Néanmoins, il n'a pas baissé les bras. Il va mettre tout en place pour essayer d'être présent aux Jeux."

"On a fait énormément de progrès dans la prise en charge médicale autour de la blessure, a-t-il souligné. Il y a peut-être une chance sur un million, mais si elle existe, cette chance, il faut qu'il s'y accroche. Il faut qu'il essaie, en tout cas aussi longtemps que lui pense que c'est possible."

"C'est une situation terrible. Forcément, tant qu'il aura cet espoir en tête, il va avoir des hauts et des bas. Il y a des jours où il va penser que c'est possible, et d'autres jours où il va se dire que ce n'est pas possible, mais c'est à ce moment-là qu'il faut continuer les soins et essayer jusqu'au dernier moment, jusqu'au 2 août", a poursuivi Barras.

À 32 ans, Mayer n'a obtenu sa qualification pour ses quatrièmes JO que sur le fil, en juin aux Championnats d'Europe à Rome, avec des rêves d'or olympique à Paris.

Le décathlon olympique est programmé les 2 et 3 août, aux deux premiers jours des épreuves d'athlétisme au Stade de France.

es-vg/fbx