Manchester City-Inter: de capitaine à remplaçant, la triste fin de Skriniar avant son départ au PSG

SUSA / Icon Sport

Ce samedi soir, un peu avant 21h, au moment où résonnera pour la dernière fois de la saison l’air de la Ligue des champions à Istanbul, Milan Skriniar sera forcément partagé entre plusieurs sentiments. Avec d’un côté la joie de voir son club se frotter en finale au Manchester City de Pep Guardiola alors que certains observateurs imaginaient quelques mois plus tôt l’Inter Milan ne pas sortir d’un groupe où l’on retrouvait le FC Barcelone et le Bayern Munich. Mais pour le roc slovaque (28 ans), ce sentiment de fierté risque vite d'être éclipsé par la frustration de ne pas jouer ce grand rendez-vous. Car à moins d’une immense surprise ou d'une blessure, c’est sur le banc qu’il prendra place. En toute logique, Simone Inzaghi fera confiance à Matteo Darmian, Francesco Acerbi et Alessandro Bastoni pour tenter d’éteindre la menace Erling Haaland.

>> EN DIRECT - Suivez la finale entre Manchester City et l'Inter Milan

Skriniar, qui s’apprête à partir libre pour rejoindre le PSG, n’aura pas son mot à dire. La faute à un déclassement spectaculaire. Lors de la première partie de saison, il était un titulaire indiscutable, un capitaine intouchable de ces Nerazzurri que ses dirigeants espéraient encore prolonger après avoir repoussé les approches parisiennes lors du mercato estival 2022. Le peuple intériste avait même droit à des déclarations d’amour régulières. "J’ai toujours cherché à donner mon maximum pour ces couleurs et cette équipe, clamait le défenseur central fin septembre. Je le fais maintenant comme je l’ai toujours fait et c’est pour cela que j’ai d’excellents rapport avec les tifosi, c’est si beau pour un joueur d’avoir un tel rapport avec ses supporters." Mais cette belle histoire démarrée en 2017 à son arrivée en provenance de la Samp s’écrit désormais au passé.

Il n'a plus joué depuis le 14 mars

Ancien chouchou de Giuseppe-Meazza, Skriniar est aujourd'hui considéré comme un traître par certains supporters depuis qu’il a refusé de rempiler à l’Inter pour se mettre d’accord avec Paris en vue d’une signature cet été sans indemnité de transfert. Même si les ultras ont décidé de ne pas l'accabler. "Skriniar nous a expliqué que, l'été dernier, le club l'avait informé qu'il allait être mis sur le marché et malgré lui il a dû passer à l'action pour trouver une nouvelle destination. Après avoir reçu l'intérêt du PSG et certain que l'Inter l'aurait vendu de toute façon, il a obtenu une offre que l'Inter – quand le club a changé d'avis – n’a pas pu égaler. Les raisons du portefeuille ont dépassé celles du cœur et nous n'avons pas envie de crucifier un joueur qui a contribué à nous donner tant de satisfaction", expliquaient les représentants de la Curva Nord en février.

Depuis que son départ est acté, le brassard lui a été retiré, son choix a été publiquement critiqué par d’anciens joueurs - Marco Materazzi en tête - et son temps de jeu a aussitôt fondu. La faute, aussi, à des pépins physiques. Gêné par son dos, il a fini par être opéré fin avril au niveau des vertèbres lombaires. Une intervention chirurgicale qui a eu lieu… en France, à la clinique du sport de Mérignac, près de Bordeaux. Un mois plus tard, il a fait son retour dans le groupe d'Inzaghi mais n’est pas entré en jeu lors de la finale de la Coupe d’Italie remportée contre la Fiorentina (2-1), ni pour la dernière journée de championnat face au Torino (1-0).

Sa dernière apparition sur un terrain remonte maintenant au 14 mars et ses onze petites minutes à Porto (0-0) en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Ses dernières, sans doute, sous le maillot de l'Inter, lui qui aura disputé plus de 240 matchs en six saisons et agrandi son armoire à trophées avec un titre de champion, deux Coupes d'Italie, deux Supercoupes d'Italie et, donc, peut-être, une Ligue des champions. Après cette finale contre City, il sera attendu à Paris pour être l'une des premières recrues de l'été du champion de France avec Manuel Ugarte et Marco Asensio.

Article original publié sur RMC Sport