Publicité

Livret A, LDDS, LEP : faut-il déclarer vos intérêts aux impôts ?

Une épargnante soucieuse - © Krakenimagescom - stock.adobe.com
Une épargnante soucieuse - © Krakenimagescom - stock.adobe.com

La réponse est non. C'est, en effet, l'un des nombreux atouts des livrets d'épargne réglementée : les intérêts générés ne sont soumis ni à l'impôt sur le revenu, ni aux prélèvements sociaux. En clair, la rémunération affichée (3% pour le Livret A et le LDDS, 6,10% pour le LEP) est nette d'impôts et donc perçue intégralement. Il n'est même pas nécessaire de reporter sur votre déclaration les intérêts que vous avez touchés le 31 décembre dernier.

Un rappel également : cette exonération vaut pour l'ensemble des intérêts, y compris ceux générés par la partie de l'encours dépassant le plafond de versement.

Plus compliqué pour le PEL et le CEL

Ils font aussi partie de la grande famille de l'épargne réglementée. Mais la question de la déclaration de revenus est plus complexe pour le Plan d'épargne logement (PEL) et le Compte épargne logement (CEL). Leur régime fiscal a, en effet, changé depuis 2018 : les intérêts des PEL et CEL ouverts après le 31 décembre 2017 sont imposables. C'est le cas également des PEL ouverts avant cette date et qui ont dépassé leur 12e anniversaire.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Fin des tarifs réglementés du gaz : faut-il prendre une offre à prix fixe sans attendre juillet ?
- Crédit d'impôt : comment déclarer l'installation d'une borne de recharge de véhicule électrique
- EXCLUSIF. Assurance vie : un couac chez Spirica sur les coupons de plusieurs SCPI