Publicité

Ligue 1: Brest repasse la deuxième et torpille Lorient

Le Brestois Romain Del Castillo (à gauche) a permis aux siens d'une nouvelle fois s'imposer et de conserver la deuxième place de L1 dimanche à Lorient (LOIC VENANCE)
Le Brestois Romain Del Castillo (à gauche) a permis aux siens d'une nouvelle fois s'imposer et de conserver la deuxième place de L1 dimanche à Lorient (LOIC VENANCE)

Un but en toute fin de match du jeune père Romain Del Castillo a permis à Brest de reprendre la deuxième place en gagnant, contre le cours du jeu, à Lorient (0-1), dimanche, pour la 27e journée de Ligue 1.

Avec 50 points, les Finistériens repassent devant Monaco (3e, 49 pts), qui avait écrasé Metz (5-2) samedi et prend quatre longueurs d'avance sur Lille, 4e.

Lorient reste, quant à lui, provisoirement 15e, juste hors de la zone rouge, mais Nantes, 16e à un point, doit encore jouer à Nice.

Selon que l'on soit Lorientais ou Brestois, l'histoire de cette rencontre est belle ou cruelle.

Cruelle pour les Merlus qui ont fait le match qu'il fallait, mais qui sont tombés sur un Marco Bizot encore une fois étincelant dans les cages adverses.

Pour les Brestois, non seulement le rêve européen se poursuit plus que jamais, mais la délivrance est venue de leur feu-follet de l'aile droite, Del Castillo, dont c'était l'anniversaire il y a deux jours et qui est devenu pour la première fois père il y a quelques heures.

Privé de son maître à jouer, Pierre Lees-Melou, suspendu et remplacé numériquement par Jonas Martin, au profil plus défensif, le Stade Brestois a semblé un peu grippé dans son animation offensive.

"On sent qu'on n'est pas dans un grand jour", a même concédé, au micro de Prime Video, au milieu de la seconde période, Bruno Grougi, l'adjoint d'Eric Roy, qui aurait signé pour un nul à ce moment-là.

- Bizot décisif -

Ces difficultés doivent aussi beaucoup à la belle organisation et la grande discipline des Lorientais, bien regroupés à la perte du ballon.

Offensivement, le 3-4-3 proposé par Régis Le Bris a aussi permis des montées de balles intéressantes par les ailes où Julien Ponceau et Badredine Bouanani se sont beaucoup montrés.

Bouanani, ailier droit international algérien, prêté cet hiver par Nice et dont c'était la première titularisation, a ainsi forcé Bizot à un arrêt réflexe de la main gauche impressionnant, sur une frappe au point de pénalty déviée par un défenseur (20e).

Ponceau a été encore plus près de trouver la faille, juste avant la pause, quand l'intérieur de la lucarne droite de Bizot a repoussé sa tentative brossée (42e).

Lorient a aussi mal accepté la décision de Jérôme Brisard de ne pas lui accorder de pénalty sur une déviation de Nathaniel Adjei qui est venue toucher le haut du bras ou l'épaule de Brendan Chardonnet (28e).

Après avoir expulsé Yannick Cahuzac, l'adjoint de Le Bris, qui avait trop vivement protesté, M. Brisard est allé voir les images sur le bord du terrain, confirmant ensuite sa première décision (30e).

En seconde période, la physionomie du match n'a guère évolué et Lorient a encore eu deux grosses opportunités par son piston gauche Darlin Yongwa mais sa frappe (81e) et sa tête (90e) ont encore trouvé le portier néerlandais de Brest sur leur chemin.

Et comme cela arrive souvent quand rien dans la saison ne tourne en votre faveur, Lorient a vu Brest marquer pratiquement sur sa première vraie occasion.

Un ballon perdu près de la ligne médiane, qui remonte vite vers un décalage pour Del Castillo sur la droite, dont la frappe entre les jambes du défenseur devant lui termine dans le petit filet opposé de Yvon Mvogo (0-1, 86e), et la messe était dite.

A Montpellier, dimanche prochain, Lorient jouera une de ses dernières cartes pour le maintien, alors que Brest, qui reçoit Metz, pourra faire un pas de plus vers la scène continentale.

hap/lve