Publicité

L1: vainqueur de Lens (2-1), Lille maître du Nord, le cap vers l'Europe

L'attaquant kosovar de Lille Edon Zhegrova auteur d'un doublé contre Lens, le 29 mars 2024 à Villeneuve-d'Ascq (DENIS CHARLET)
L'attaquant kosovar de Lille Edon Zhegrova auteur d'un doublé contre Lens, le 29 mars 2024 à Villeneuve-d'Ascq (DENIS CHARLET)

Plus solide et inspiré, Lille a dominé Lens (2-1) dans le derby du Nord vendredi en ouverture de la 27e journée de Ligue 1, s'assurant la domination régionale et une percée vers l'Europe.

Grâce à cette victoire dans un Stade Pierre-Mauroy presque comble, le Losc (46 points) vole provisoirement la troisième place à Monaco, qui se déplace à Metz samedi (17h00), et repousse son rival lensois (sixième, 42 points).

Dans la foulée de la trêve internationale, le club nordiste lance également de manière idéale la course finale de sa saison, au cours de laquelle il aura un quart de Ligue Europa Conférence aux allures de finale à disputer contre Aston Villa (11 et 18 avril).

C'était un match à ne pas perdre pour ses multiples enjeux mais surtout pour l'importance qu'il revêt aux yeux des supporters de ces deux clubs qui se détestent historiquement. L'ambiance électrique impulsée par les ultras du virage Est en début de match en disait long sur le poids de cette rencontre.

Leurs joueurs n'ont pas raté le rendez-vous. Les Dogues ont mordu dès la première occasion du match, par Edon Zhegrova (9e), qui a fait danser Facundo Medina et Brice Samba après une ouverture somptueuse du milieu de terrain, presque sans élan, de Nabil Bentaleb.

- Zhegrova, précis dans le derby -

Le public du Stade Pierre-Mauroy ne le savait pas encore, mais le milieu de terrain, arrivé en début de saison dans sa ville natale, allait être le maestro de cette rencontre. Toujours bien positionné, Bentaleb a orienté le jeu à merveille dans ce match qui lui tenait particulièrement à cœur.

Devant, Zhegrova, bien qu'ayant un lien peu évident avec le Nord, étant Kosovar, a été le bourreau des Lensois en doublant le score à l'heure de jeu, au bon endroit au bon moment pour reprendre une frappe de Gabriel Gudmundsson repoussée dans ses pieds par Brice Samba (60e).

Remplaçant à la surprise générale au coup d'envoi au profit de Wesley Saïd, Elye Wahi, entré en jeu juste après le deuxième but de Zhegrova, a réduit le score d'une jolie frappe du pied gauche (78e).

Le N.9 de 21 ans a parfaitement répondu à son entraîneur Franck Haise, qui l'avait mis sur le banc "pour le piquer", convaincu de son "potentiel". "Les deux derniers matches d'Elye (Wahi), j'en ai discuté avec lui, je n'ai pas été satisfait de ce qu'il avait donné, a commenté le Normand après la rencontre. Ça reste un jeune joueur et je suis un vieux coach, je suis obligé de faire certains choix pour faire passer des messages."

- Lens faillit contre les cadors -

Mais cela n'a pas suffi aux joueurs de Franck Haise, trop statiques et inactifs en première période, trop maladroits globalement, pour sortir vainqueurs de ce match.

Comme souvent cette saison, le club artésien a failli face à mieux classé que lui, loin des exploits auxquels il avait habitué ses supporters lors de l'exercice 2022-2023.

Le club de l'Artois conclut par une défaite sa série de cinq matches cruciaux contre des adversaires directs dans la course à l'Europe, avec un bilan décevant de trois défaites - contre Monaco (3-2), Nice (3-1) et Lille (2-1) - et deux victoires - à Lyon (3-0) et face à Brest (1-0).

Plus pressant après la réduction de Wahi, danger permanent pour la défense du Losc, Lens a poussé jusqu'à faire peur aux supporters lillois, en vain.

C'est finalement le Losc, au terme d'une partition maîtrisée, tantôt en procédant en attaque placée, tantôt en transitions fulgurantes, qui s'offre la suprématie nationale et fonce vers la Ligue des Champions.

rbo/bvo/cyj