L1: l'OM doit maintenant sauver les meubles

Le dépit de l'attaquant marseillais Pierre-Emerick Aubameyang après l'élimination en demi-finale de la Ligue Europa contre l'Atalanta, le 9 mai 2024 à Bergame (Marco BERTORELLO)
Le dépit de l'attaquant marseillais Pierre-Emerick Aubameyang après l'élimination en demi-finale de la Ligue Europa contre l'Atalanta, le 9 mai 2024 à Bergame (Marco BERTORELLO)

Le rêve européen est passé et l'Atalanta Bergame a brutalement ramené l'OM sur terre jeudi, laissant le club marseillais face à la réalité de sa situation, une sombre neuvième place en L1, avec trois matches à disputer, dont la réception de Lorient dimanche, pour tenter de limiter les dégâts.

On a les objectifs que l'on mérite et il n'en reste plus qu'un à l'OM: essayer de décrocher un modeste strapontin européen via la 6e place, voire la 7e si le Paris SG lui fait le cadeau de battre Lyon le 25 mai en finale de la Coupe de France.

L'idée de départ était de jouer le podium et la qualification directe en Ligue des Champions. Elle s'est vite évanouie, comme l'objectif Top 4, au fil d'une saison mal née où Marseille a accumulé mauvais choix, mauvais résultats et mauvaise fortune avec une avalanche de blessés.

La Ligue Europa a été une respiration pour les Marseillais mais l'Atalanta leur a coupé le souffle jeudi avec une violente démonstration de haut niveau (3-0) qui a fermé à l'OM une autre voie vers l'Europe la saison prochaine.

Vendredi, la victoire de Nice contre Le Havre a également interdit aux Marseillais l'accès à la 5e place et à la Ligue Europa. En attendant la finale de la Coupe, il ne reste donc qu'une place à prendre, la 6e, qui offre un ticket pour les barrages de la Ligue Europa Conférence.

- Quel accueil dimanche ? -

Ca n'est pas précisément l'Europe dont rêvent joueurs, dirigeants et supporters de l'OM mais c'est ce qu'il reste à prendre et les Marseillais ont promis de s'y atteler.

"La saison n'est pas finie, on doit finir le boulot, on ne lâche pas", a de son côté assuré Pierre-Emerick Aubameyang sur son compte Instagram. "Je comprends la déception et la colère. Mais demain, on a cet objectif de gagner pour laisser Marseille européen en fin de saison. Alors malgré la rancœur, venez nous encourager encore", a de son côté déclaré samedi Jean-Louis Gasset, qui a reconnu que l'OM était "impardonnable".

Malgré son appel à l'union sacrée, les supporters pourraient réserver aux joueurs un accueil glacial dimanche avant le match contre Lorient. Mais ils espèrent au moins voir leur équipe faire preuve d'amour propre pour finir la saison sur une note acceptable.

Mais même pour décrocher cette modeste 6e place, l'OM n'est pas en position favorable. Marseille est en effet actuellement 9e, à cinq points de Lens (6e), trois de Lyon (7e) et un de Rennes (8e).

- Tigres et chats -

Son principal atout est d'avoir un match de plus à jouer que ces trois rivaux, puisque Marseille ira mercredi à Reims jouer un match en retard. S'ils parvenaient à gagner leurs trois derniers matches, les Marseillais seraient donc assurés de finir devant Rennes et Lyon, sauf miracle du côté de la différence de buts de l'OL. Lens, en revanche, sera difficile à aller chercher.

Le match de dimanche contre Lorient est sans doute le plus simple à aborder pour l'OM, qui est resté performant toute la saison à domicile. Mais il faudra ensuite finir par deux rencontres à l'extérieur, où l'OM présente un bilan épouvantable.

"Ici on vole, à l'extérieur on marche. Ca ne date pas d'aujourd'hui. Au Vélodrome on est des tigres et à l'extérieur on est des chats. Il y a des choses incompréhensibles", a reconnu Gasset samedi.

Le défi semble donc relevé pour des joueurs qui ont paru physiquement en grande détresse jeudi à Bergame, mais c'est la seule façon de finir sans trop de dommage cette pénible saison.

Il sera temps ensuite de se pencher sur la suivante. Le président Pablo Longoria, qui porte une importante part de responsabilité dans le fiasco en cours, ne devra pas se tromper dans la construction de l'effectif et le choix de l'entraîneur. Selon plusieurs médias sportifs, la piste principale conduit au coach lillois Paulo Fonseca.

stt/jde/bvo