L’Olympiakos remporte la Ligue Europa Conférence, premier titre européen pour un club grec

La joie des joueurs de l'Olympiakos vainqueurs de la C4 contre la Fiorentina, le 29 mai 2024 à Athènes (Aris MESSINIS)
La joie des joueurs de l'Olympiakos vainqueurs de la C4 contre la Fiorentina, le 29 mai 2024 à Athènes (Aris MESSINIS)

Sur le toit de l’Olympe ! L’Olympiakos a remporté la Ligue Europa Conférence, premier titre européen pour un club grec, en battant la Fiorentina après prolongation (1-0), mercredi soir à Athènes.

Grâce à cette victoire, le club du Pirée est assuré de participer à l'Europa League (C3) la saison prochaine.

La Fiorentina s'incline pour la deuxième année consécutive en finale de cette C4 après son échec la saison dernière contre le club anglais de West Ham.

Dans un match longtemps cadenassé et pauvre en occasions, il aura fallu attendre le bout de la prolongation et de longues minutes de vérification de la VAR pour accorder un but d'Ayoub El Kaabi à la 116e minute et délivrer l’Olympiakos.

Très peu en vue tout au long de la rencontre, l’attaquant marocain a attendu le meilleur moment pour inscrire son 11e but dans la compétition, dont il est le meilleur buteur, en reprenant de la tête un centre de Santiago Hezze aux six mètres.

Dans le stade du rival de l’AEK Athènes, porté par 15.000 supporters rouge et blanc, les Grecs ont été les premiers à se montrer dangereux. Dès la 3e minute, l’ailier Podence a vu sa frappe à l’entrée de la surface détournée en corner par Terracciano.

Les Florentins ont répondu rapidement et pensaient avoir ouvert le score à la 8e minute sur un centre rentrant à ras de terre mais le but a été refusé pour une position de hors-jeu de Milenkovic.

Malgré un début de match vivant et engagé, le rythme de la rencontre est retombé progressivement, miné par les nombreuses imprécisions techniques.

- L'éclair El Kaabi -

La deuxième mi-temps, particulièrement hachée, a vu les contacts se multiplier. La tension est montée au fil des minutes et les chocs ont alors été plus rugueux, nécessitant l’intervention des soigneurs pour Retsos (48e) puis Podence (62e).

Sur un fil, les deux équipes ont tenté de forcer la décision mais Tzolakis devant Kouamé (68ème) et Terraccino face à Jovetic (95ème) se sont montrés impériaux pour préserver leurs cages inviolées.

Les Grecs auraient pu ruminer une main non sifflée dans la surface italienne en tout début de prolongation, mais alors que les joueurs semblaient attendre la séance de tirs aux buts, l’éclair d’El Kaabi a délivré les siens devant un virage rouge et blanc déchainé.

Auteur d'un début de championnat raté, l’Olympiakos a changé à trois reprises de technicien, sept fois au total sur les deux dernières saisons, mais s’est transformé depuis l’arrivée sur le banc de l’Espagnol José Luis Mendilibar en février, finissant à la troisième place de la Super League grecque.

Vainqueur de la Ligue Europa avec Séville l’année dernière, l’entraîneur de 63 ans réalise un doublé européen en deux ans.

L’Olympiakos, club le plus titré de Grèce avec 47 championnats et 28 coupes nationales, inscrit une nouvelle ligne à son palmarès déjà fourni. La plus prestigieuse. Le club du Pirée, qui fêtera ses cent ans l’année prochaine, continue d’écrire sa légende.

ak/bvo