L’audiovisuel public dans la tourmente face au projet de fusion voulu par le gouvernement

DI-fusions - L’exécutif souhaite fusionner tous les médias publics, mais le projet, récemment relancé par Rachida Dati, ne convainc pas en interne

« Synergies », c’est le mot-clé de la future réforme de l’audiovisuel public souhaité par le gouvernement et par Emmanuel Macron, depuis son premier mandat, en 2017. Si l’ancien ministre de la Culture Franck Riester s’y était attelé, obtenant en 2020 la fin de la redevance télé qui finançait jusque-là l’audiovisuel public, il avait été arrêté net par la crise sanitaire liée au Covid-19.

Le dossier est à présent sur le point d’être rouvert puisque les députés vont examiner le 23 et 24 mai un texte de loi, déjà adopté au Sénat il y a un, concernant « la réforme de l’audiovisuel public et la souveraineté audiovisuelle ».

Horizon 2026

Le texte, porté par le sénateur du Val-de-Marne Laurent Lafon (UDI), prévoit le rapprochement de France Télévision, Radio France, France Médias Monde et l’Institut national de l’audiovisuel (INA) sous une seule et même holding nommée France Médias. L’entité serait gérée par un directeur nommé par décret présidentiel après un avis consultatif de l’Arcom, le gendarme de l’audiovisuel.

Le sujet des débats parlementaires concernera, « dans un premier temps, la holding », a expliqué le député Renaissance Quentin Bataillon, rapporteur de la mission d’information sur l’avenir de l’audiovisuel public, à France Info. Le par(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Audiences radio : France Inter reste (largement) en tête, RTL patine et Europe 1 poursuit sa « remontada »
Le journaliste Jean-François Achilli, accusé d’avoir participé au livre de Bardella, renvoyé de Radio France
Après avoir écouté l’émission de Pascal Praud, Jean-Luc Hees a démissionné du comité d’éthique d’Europe 1