Législatives 2024: le message électoral est clair, c'est le foutoir

À Lyon, des manifestants célèbrent l'arrivée en tête du Nouveau Front populaire au second tour des élections législatives françaises anticipées, le 7 juillet 2024. | Jeff Pachoud / AFP
À Lyon, des manifestants célèbrent l'arrivée en tête du Nouveau Front populaire au second tour des élections législatives françaises anticipées, le 7 juillet 2024. | Jeff Pachoud / AFP

Ce lundi 8 juillet 2024, l'Assemblée nationale ne dispose pas de majorité visible. Le Nouveau Front populaire (NFP) compte 182 députés, la coalition Ensemble en aligne 168 et le Rassemblement national (RN) 143. Aucun de ces trois blocs ne dispose d'une majorité absolue, ni même relative, y compris en additionnant les 84 députés restants –dont 45 issus des Républicains (canal historique).

Dans la plupart des démocraties, la simple lecture des résultats des ces élections législatives anticipées appellerait à la formation d'une coalition. Cette hypothèse est-elle envisageable en France? Notre personnel politique n'y paraît ni prêt ni favorable. Mais a-t-il vraiment le choix?

Un résultat clair: le foutoir

Paradoxe lors de l'énoncé des résultats ce 7 juillet au soir: tout le monde a perdu, mais tout le monde peut prétendre avoir gagné. Le RN progresse très nettement en sièges, mais reste loin de la majorité absolue qui lui fut un temps promise par les sondages. La gauche arrive en tête mais, elle aussi, est incapable de gouverner seule, d'autant plus que des divergences profondes subsistent en son sein.

L'ancienne majorité présidentielle peut se prévaloir d'une dissolution surprise réussie en ce qu'elle éloigne un instant la victoire du RN et qu'elle a réussi à… ne pas totalement disparaître. Mais elle ne préserve ses sièges qu'à la faveur des désistements et se trouve dans l'impossibilité non seulement de gouverner, mais aussi de diriger une éventuelle coalition.

Profondément divisée et indécise, cette Assemblée nationale est à l'image du pays. Le message électoral est clair: c'est le foutoir. À charge pour le personnel politique de se débrouiller pour faire quelque chose d'ordonné à partir de ce message illisible. Cela demande beaucoup de responsabilité et de hauteur de vue. Au vu des débats de la soirée électorale, aussi convenus que creux et misérables, on en est loin. Les…

Lire la suite sur Slate.fr