Législatives : à Paris, une guerre surréaliste entre Rachida Dati, Gilles Le Gendre et LR

Rachida Dati cherche à étendre son domaine d'influence dans la capitale.  - Credit:Jacques Witt/SIPA / SIPA / Jacques Witt/SIPA
Rachida Dati cherche à étendre son domaine d'influence dans la capitale. - Credit:Jacques Witt/SIPA / SIPA / Jacques Witt/SIPA

Fidèle de la macronie – « depuis 2016 », rappelle-t-il à dessein –, le député Renaissance Gilles Le Gendre a eu la sensation d'une douche froide en découvrant que son nom ne figurait pas sur la liste des investitures du bureau exécutif de son parti pour ces législatives. La direction lui a en effet préféré Jean Laussucq, inconnu au bataillon, qui a pour lui d'être conseiller de Paris et surtout adjoint de Rachida Dati, redoutable maire du 7e arrondissement parisien.

« On ne m'a rien dit, j'ai découvert la nouvelle lors d'une réunion avec des militants », soupire Gilles Le Gendre, qui voit dans cette trahison de sa famille politique la signature évidente de l'actuelle ministre de la Culture, Rachida Dati, qui cherche à étendre son domaine d'influence. « Elle a une vision tribale de la politique, elle ne pense qu'aux municipales de 2026 », s'agace l'ex-député, qui juge inconcevable d'avoir choisi un candidat issu des rangs LR à son détriment.

À LIRE AUSSI Législatives 2024 : alliances et dissidences… Tour de France des candidaturesQu'à cela ne tienne : le parlementaire en campagne s'échine à se battre pour regagner son siège. Ce jour-là, devant le Lutetia, un grand Hôtel parisien, l'élu distribue des tracts à qui vient l'interpeller.

Un membre de la majorité voit « une blessure d'orgueil » dans cette volonté d'aller jusqu'au bout. Selon lui, Gilles Le Gendre avait déjà été mis de côté par sa famille politique avant même la dissolution. « Il disait à tout le mon [...] Lire la suite