« La Joconde » peut sourire tranquille, elle restera au Louvre a décidé le Conseil d’Etat

Bien tenté - La plus haute juridiction administrative française a jugé « manifestement irrecevable » la demande d’une association pour radier le tableau de l’inventaire du musée parisien.

Le suspens n’était pas très épais. Le Conseil d’Etat a, sans surprise, débouté mardi une association qui estimait illicite la décision du roi François 1er de « s’approprier » La Joconde, le chef-d’œuvre de Leonard de Vinci, en 1519. La démarche d’International Restitutions, une mystérieuse association dont on ignore où se trouve le siège et qui sont ses dirigeants, est « manifestement irrecevable », a estimé la plus haute juridiction administrative française, qui l’a en conséquence condamnée à 3.000 euros d’amende pour procédure « abusive ».

L’association prétend agir pour obtenir la restitution de biens faisant partie du domaine public à leurs « légitimes propriétaires ». Mais pour le Conseil d’Etat, seuls ces derniers seraient fondés, « le cas échéant », à saisir la justice. Des demandes similaires de l’association, pour des œuvres moins emblématiques que La Joconde, n’ont jamais abouti. Fin 2022, elle avait ainsi demandé d’annuler « l’inscription à l’inventaire du musée chinois du château de Fontainebleau de l’intégralité des objets issus de la mise à sac du Palais d’Eté de Pékin » par les troupes françaises en 1860. Mais le Conseil d’Etat l’ava(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Une géologue pense avoir percé le mystère de l’arrière-plan de « La Joconde »
Louvre : Des militantes écologistes aspergent de soupe « La Joconde »
Art : La Joconde est le « chef-d’œuvre le plus décevant du monde » selon les visiteurs