JO de Paris 2024 : La drag-queen Minima Gesté, porte-drapeau LGBT et porte flamme olympique

PORTRAIT - « 20 Minutes » a rencontré l’artiste engagée de 33 ans qui, ce 14 juillet, sera l’une des relayeuses de la flamme dans la capitale où Arthur, alors gay ingénieur, lui a donné naissance il y a neuf ans

« Début octobre je me suis réveillée avec, sur Instagram, un message privé d’Anne. » Minima Gesté marque un temps pour assurer l’effet comique, et reprend : « Hidalgo, la maire de Paris. » Le ton redevenu sérieux, elle poursuit : « Elle demandait qu’il y ait une drag-queen qui porte la flamme olympique à Paris. Un membre de son cabinet me connaissait par mes actions militantes et m’a proposé d’être présélectionnée pour être relayeuse. »

Ce dimanche, dans la tenue officielle des porteuses de flamme des JO de Paris 2024 bien plus pâlichonne que les robes stylées qu’elle a l’habitude de revêtir, l’artiste de 33 ans déambulera dans la capitale flambeau en main. Elle précise qu’elle n’a pas eu de traitement de faveur : « J’ai dû faire tout le parcours standard pour m’inscrire. On est en France, donc il y avait 25.000 paperasses à remplir. » Sa candidature a cependant été acceptée sans difficulté.

L’organisation des Jeux tenait à ce que les porteurs et porteuses de flammes reflètent la diversité de la population française, une drag-queen avait donc tout à fait sa place dans ce relais symbolique. Certaines de ses homologues ont déjà accompli cette mission, comme Miss Martini à Digne-les-B(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
JO 2024 : Miss Martini, drag-queen relayeuse de la flamme olympique à Digne-les-Bains
JO de Paris 2024 : Histoire, parcours, coût… La flamme olympique en cinq questions
« Drag Race France » : « Vivre ça en communauté, c’est important » ou le joyeux phénomène des « viewing parties »