JO 2024: les talibans "ne reconnaissent" pas les trois femmes de la délégation afghane

Le gouvernement taliban "ne reconnaît pas" la participation aux Jeux olympiques de Paris les trois femmes présentes dans la délégation afghane, a déclaré lundi son porte-parole pour le sport.

Le Comité international olympique (CIO) a invité une équipe de six athlètes afghans, trois hommes et trois femmes, en consultation avec le Comité olympique afghan dont plusieurs membres sont en exil. Le CIO a dit ne pas avoir consulté à ce sujet les talibans qui ne sont pas invités aux Jeux.

Un seul athlète évoluant en Afghanistan

"Seuls trois athlètes représentent l'Afghanistan", a indiqué à l'AFP Atal Mashwani, porte-parole du gouvernement taliban pour le sport, en parlant des trois hommes. "En ce moment le sport féminin a été arrêté en Afghanistan. Si le sport féminin n'est pas pratiqué, comment (ces trois femmes) peuvent-elles faire partie de l'équipe nationale?", a-t-il ajouté.

Les trois femmes et deux des hommes sélectionnés, des cyclistes, des athlètes et des nageurs, vivent à l'étranger. Le seul qui réside en Afghanistan est un judoka. Mark Adams, porte-parole du CIO, a indiqué le mois dernier que le Comité olympique afghan, dont le président et le secrétaire général sont en exil, était "son seul interlocuteur pour la préparation et la participation de l'équipe afghane".

Des athlètes afghans sous l'ancien drapeau

Toutefois le directeur général du Comité olympique afghan Dad Mohammad Payenda Akhtari, qui vit en Afghanistan, a affirmé que si la participation des femmes était en effet gérée à l'étranger, son comité collaborait avec les talibans concernant celle des hommes. "Nous ne sommes responsables que des trois hommes qui participent aux Jeux", a-t-il dit à l'AFP.

Les athlètes afghans qui participeront aux Jeux de Paris (26 juillet-11 août) le feront sous les couleurs, noir, vert et rouge, de l'ancien régime, renversé par les talibans à l'été 2021 après le retrait des troupes américaines. Depuis leur retour au pouvoir il y a trois ans, les talibans ont durci les conditions de vie des femmes afghanes, leur interdisant de pratiquer le sport et de faire des études. Les Nations Unies dénoncent "un apartheid de genre".

Article original publié sur RMC Sport