JO 2024: sa qualification est annulée, la nageuse béthunoise Océane Carnez pense "mettre un terme à sa carrière"

Une désillusion olympique. Pendant 15 jours, Océane Carnez, nageuse béthunoise, pensait participer au relai 4x200m nage libre dames des Jeux olympiques de Paris 2024. Mais son rêve s’est envolé cette semaine après son évicton de la compétition.

"On y croit de moins en moins"

Un coup dur, pour la jeune femme, qui prépare ces Jeux depuis plusieurs années. "C'est très compliqué, j'ai besoin de faire une énorme pause mentale, essayer de comprendre même si je pense que ça va être compliqué et que je ne comprendrai jamais", témoigne l'athlète sur notre antenne.

"J'ai besoin de tout quitter. Je pense honnêtement mettre un terme à ma carrière, je ne pense pas retourner dans l'eau un jour. Si ça avait été la dernière compétition, ça aurait été une excellente fin mais ce n'est pas possible", souffle la nageuse.

La raison de cette éviction? Une "divergence d’interprétation" entre les fédérations internationale et française de natation sur un point de règlement, d’après un communiqué de la FFN consulté par BFM Grand Lille.

Un message adressé au chef de l'État

Une décision, difficile à comprendre pour l’entraîneur d’Océane. "Est-ce que cette sentence est irrévocable? Je n'en sais rien. Un retour en arrière? J'en doute fortement", estime Grégory Lefebvre.

"Maintenant, tout est mis en œuvre pour savoir et essayer de comprendre ce qu'il s'est passé et peut-être d'inverser, mais on y croit de moins en moins", avoue l'entraîneur d'Océane et directeur sportif du Stade Béthunois Pélican club, au micro de BFM Grand Lille.

La sœur cadette de la nageuse, âgée de 18 ans, a de son côté pris une autre initiative: contacter directement le président de la République, Emmanuel Macron, dans un mail et sur les réseaux sociaux. Elle dénonce "une injustice profondément troublante qui menace de briser les rêves d'une athlète dévouée et talentueuse" et appelle à une "intervention" du chef de l'État dans le dossier.

"Votre prise de position en faveur de cette jeune athlète pourrait non seulement redonner espoir à ma sœur, mais aussi montrer à tous les jeunes Français que leur Président est à l'écoute de leurs efforts et de leurs aspirations, qu'il défend les valeurs de justice et de mérite", écrit la jeune femme.

Le Pélican Club de Béthune ne sera donc plus représenté que par une seule nageuse aux Jeux olympiques, Lison Novaczyk.

Article original publié sur RMC Sport