Jean-Luc Mélenchon crie à « l’anti-LFIsme primaire » après la dégradation de la tombe d’une militante

Jean-Luc Mélenchon (ici en février) dénonce un « anti-LFIsme primaire » après la dégradation de la tombe d’Élisabeth Becker, ancienne militante LFI.
ALAIN JOCARD / AFP Jean-Luc Mélenchon (ici en février) dénonce un « anti-LFIsme primaire » après la dégradation de la tombe d’Élisabeth Becker, ancienne militante LFI.

POLITIQUE - Maculée de peinture rose. La dégradation de la tombe d’une ancienne militante LFI, dont la maison avait déjà été incendiée l’été dernier, suscite l’indignation chez les Insoumis, Jean-Luc Mélenchon dénonçant un « anti-LFIsme primaire ».

Le procureur de la République d’Épinal, Frédéric Nahon, a confirmé auprès de l’AFP « les faits de dégradations commis sur la tombe » d’Élisabeth Becker, ancienne militante LFI décédée en janvier à l’âge de 76 ans et enterrée dans le cimetière de Rochesson, une commune au sud-est d’Épinal. Selon le quotidien Vosges Matin, la tombe a été maculée de peinture rose et une plaque commémorative a été dérobée.

Les faits sont « a priori récents », selon Frédéric Nahon. Une enquête est « en cours » et il n’y a pour l’heure ni auteur appréhendé ni « revendication », a ajouté le magistrat.

Fin juillet, la maison d’Élisabeth Becker avait été incendiée en pleine nuit alors que son époux se trouvait à l’intérieur. Une information judiciaire pour tentative d’assassinat avait alors été ouverte, « sans mis en cause identifié pour l’instant », selon le procureur de la République d’Épinal.

Des menaces pour un militantisme LFI

Dans ce contexte, Jean-Luc Mélenchon prend la parole sur les réseaux sociaux pour dénoncer ce qu’il voit comme une forme d’impunité chez ceux qui s’en prennent à la France insoumise. « Encouragés par l’absence de réaction à l’incendie de la maison du veuf, les criminels s’attaquent à la tombe de la défunte », a ainsi écrit le leader insoumis vendredi sur X (ex-Twitter), en déplorant que « les belles consciences restent muettes. » Et d’ajouter : « L’anti-LFIsme primaire est une incitation à la mode. »

Le triple candidat à la présidentielle s’était rendu cet été dans les Vosges pour soutenir le veuf d’Élisabeth Becker, Willy Malaroda. Ce dernier avait alors confié avoir auparavant reçu plusieurs fois à son domicile des menaces pour le militantisme en faveur des Insoumis de sa femme.

« Ils ont droit de nous détester, pas de nous assassiner, ou de se taire », avait alors tonné Jean-Luc Mélenchon, en référence respectivement aux menaces « innombrables sur les réseaux sociaux » de l’extrême droite, et à la macronie dont il a dénoncé le silence.

« Dans les Vosges, la tombe de la militante insoumise Élisabeth Becker a été profanée. La maison de son époux a elle été incendiée il y a quelques mois. L’extrême droite toujours héritière des pires méthodes. Soutien à nos camarades des Vosges ! », a pour sa part lancé le député LFI Gabriel Amard, vendredi sur X, à l’unisson de plusieurs élus insoumis indignés.

À voir également sur Le HuffPost :

Conflit israélo-palestinien : Comment l’attaque du Hamas a envenimé une vieille fracture française

La chute de la Nupes en 4 actes, de l’affaire Quatennens aux polémiques sur le Hamas