Inde : Principal rival du Premier ministre, Rahul Gandhi choisi pour diriger l’opposition au Parlement

POlitique - Le poste avait été laissé vacant depuis 2014

Il est le principal rival du Premier ministre indien Narendra Modi. Ce samedi, Rahul Gandhi, a été désigné pour diriger l’opposition lors de la prochaine législature, après des législatives qui marquent la fin de la traversée du désert pour son parti du Congrès. « Tous les participants ont adopté à l’unanimité la résolution selon laquelle Rahul Gandhi devrait occuper le poste de chef de l’opposition au Parlement », a déclaré le secrétaire général du parti du Congrès, K.C. Venugopal, au terme d’une réunion de son comité exécutif.

La désignation de Rahul Gandhi en tant que chef de l’opposition, un poste resté vacant depuis 2014, sera soumise plus tard dans la journée, au vote des 232 législateurs membres de l’alliance d’opposition menée par le parti du Congrès.

Un très bon résultat pour le Congrès

Fils de l’ancien Premier ministre Rajiv Gandhi, petit-fils et arrière-petit-fils d’anciens Premiers ministres, Rahul Gandhi, 53 ans, a été réélu haut la main mardi au Parlement dans la circonscription méridionale de Wayanad. Son parti du Congrès, célèbre formation de la dynastie politique des Nehru-Gandhi qui a longtemps dominé la vie politique du pays, a perdu de sa puissance sous sa direction et essuyé sa troisième défaite électorale face au parti nationaliste hindou de Narendra Modi.

Le Congrès a toutefois presque doublé son nombre de parlementaires (de 52 (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Inde: Rahul Gandhi devient le numéro 2 du parti du Congrès au pouvoir
Inde : Pourquoi le nationaliste Modi est l’immense favori des élections
Inde : Avec cette compagnie aérienne, les femmes peuvent voyager à côté d’une autre femme lors d’un trajet en avion
Elections nationales en Inde : Ce qu’il faut savoir sur le vote dans la plus grande démocratie du monde
L’Inde suffoque sous 47,8 degrés et ferme ses écoles pour l’été
Canicule en Inde : Au moins 33 agents électoraux sont morts le dernier jour du scrutin national