Publicité

Hellen Obiri et Tamirat Tola remportent le marathon de New York

L'Ethiopien Tamirat Tola franchit la ligne d'arrivée du marathon de New-York en première position à New York, Etats-Unis, le 5 novembre 2023 (TIMOTHY A. CLARY)
L'Ethiopien Tamirat Tola franchit la ligne d'arrivée du marathon de New-York en première position à New York, Etats-Unis, le 5 novembre 2023 (TIMOTHY A. CLARY)

La Kényane Hellen Obiri a remporté dimanche le plus célèbre marathon du monde après un incroyable sprint final dans les rues de New York, où l'Ethiopien Tamirat Tola s'est imposé en solitaire chez les hommes avec un record de la course à la clé.

Une ancienne détentrice du record du monde, une tenante du titre à New York, la recordwoman du monde du semi-marathon, la gagnante du marathon de Boston... Le plateau féminin du marathon de New York était d'une densité rarement vue sur cette course et la bagarre annoncée entre ces "Quatre Fantastiques" a bien eu lieu.

Parties sur des bases très lentes, les favorites se sont cachées jusqu'au 35e kilomètre avant de faire exploser la course et terminer à toute vitesse.

A ce jeu-là, c'est l'ancienne spécialiste de la piste Hellen Obiri, double championne du monde du 5.000 mètres en 2017 et 2019, qui a été la meilleure dimanche, devançant dans les dernières centaines de mètres une autre habituée du tartan, l'Ethiopienne Letesenbet Gidey.

Sur un parcours vallonné où le chrono n'est qu'anecdotique, Obiri, qui avait décroché à 33 ans sa première victoire sur marathon à Boston en avril, a passé la ligne en 2 heures 27 minutes et 23 secondes, six secondes seulement devant Gidey, recordwoman du monde du 10.000 mètres et du semi-marathon.

Derrière, la tenante du titre Sharon Lokedi complète le podium (+ 10 sec). Brigid Kosgei, qui détenait il y a quelques semaines encore le record du monde de la distance, termine au pied du podium.

- Record de la course pour Tola -

Le scenario de course a été complètement différent chez les hommes, où tout semblait possible après les forfaits des favoris kényans Evans Chebet et Geoffrey Kamworor. Mais l'Ethiopien Tamirat Tola, parti avec le meilleur temps des engagés, a pris les devants dès la mi-course pour se débarrasser rapidement de la concurrence et remporter la course en solitaire.

En terminant en 2 heures 4 minutes et 58 secondes, il a devancé de quasiment deux minutes le Kényan Albert Korir (2e à 1 minute et 59 sec) et l'Ethiopien Shura Kitata (+2 min 13 sec). Il s'est également emparé du record de la course qui datait de 2011, devenant le premier homme à finir le plus célèbre marathon du monde sous les 2 heures 05.

"Je suis très heureux, c'est la première fois que je remporte un marathon +majeur+, ce qui est très important pour moi, et aussi un record de course", a réagi Tola à l'arrivée. Champion du monde sur la distance en 2022, l'Ethiopien de 32 ans n'avait pas pu défendre son titre à Budapest cet été, contraint à l'abandon en raison de maux de ventre.

Le marathon de New York est le dernier marathon "majeur" de l'année. Avec 50.000 coureurs au départ, il clôture une saison 2023 marquée par deux nouveaux records du monde stratosphériques.

A Berlin fin septembre, l'Ethiopienne Tigist Assefa a mis plus de deux minutes (2 h 11 min 53 sec) à l'ancienne marque que détenait depuis 2019 Brigid Kosgei. Deux semaines plus tard à Chicago, le jeune Kényan Kelvin Kiptum (2 h 00 min 35 sec) a effacé son aîné Eliud Kipchoge des tablettes.

Les chronos auront une dernière chance de s'affoler cette année avec le marathon de Valence (Espagne), réputé très rapide, le 3 décembre.

vg/fby