La franchise sur les médicaments risque de doubler mais restera plafonnée à 50 euros par an

Ce vendredi 8 septembre, le ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, a annoncé, au micro de Sud Radio, une augmentation de la franchise sur les médicaments, sans en hausser le plafond.

« Il faut instaurer un nouveau rapport au médicament » qui « n’est pas un bien de consommation comme les autres », a estimé le ministre de la Santé, Aurélien Rousseau, ce vendredi 8 septembre, au micro de Sud Radio. Il a alors annoncé que la franchise sur les boîtes de médicaments, payée par les assurés sociaux, allait « probablement » doubler, tout en restant plafonnée à 50 euros sur un an au total. Une mesure contestée par les syndicats de médecins, craignant l’impact sur les plus pauvres, déjà fortement touchés par l’inflation. Cette franchise s’élève à 50 centimes par boîte depuis sa création en 2008. Elle permet à l’État de réduire ses dépenses. En revanche, son montant est plafonné à 50 euros, par an et par assuré, pour éviter de pénaliser les personnes en affection de longue durée par exemple.

Lire aussi >>  Tout savoir de la pénurie de misoprostol, médicament utilisé pour les IVG médicamenteuses

La franchise chez le médecin également concernée

Cette franchise est relativement peu perceptible par l'assuré social qui bénéficie du tiers payant, puisque celui-ci ne paye rien immédiatement. La franchise est retenue par la suite par la Sécurité sociale sur des remboursements ultérieurs. « On regarde, on continue à travailler, on ne veut pas que des personnes qu'on imaginait préservées soient touchées », a expliqué le ministre de la Santé. Concernant la franchise lors les visites chez le médecin,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi