France: même démasqué, c'était le Mbappé de cet été

Kylian Mbappé à Munich le 9 juillet 2024 (FRANCK FIFE)
Kylian Mbappé à Munich le 9 juillet 2024 (FRANCK FIFE)

Même en tombant le masque, Kylian Mbappé n'a pas réussi à guider l'équipe de France vers la finale de l'Euro-2024: après un bon début de match, il s'est laissé éteindre par la défense espagnole (2-1), mardi à Munich.

Le risque n'a pas payé. Sur son dernier coup de rein, à la 86e minute, il a envoyé dans les tribunes une balle de 2-2 alors qu'il venait d'effacer Daniel Vivian.

"Je dois marquer. Au minimum, cadrer. Ça va au-dessus. C'est la dure réalité du football. C'est 2-1 et c'est la maison", a regretté Mbappé.

"J'avais l'ambition d'être champion d'Europe, j'avais l'ambition de faire un bon Euro. Je n'ai fait ni l'un ni l'autre", a-t-il soupiré.

Son tournoi n'est pas un fiasco, il a cette fois atteint le dernier carré, mieux qu'en 2021 où il s'était arrêté en huitième de finale contre la Suisse (3-3, 5 t.a.b. à 4) en ratant le dernier tir au but et sans marquer une seule fois.

Mais c'est fichu cette saison pour le Ballon d'Or dont il rêve. Ses statistiques sur le tournoi sont faméliques: un but contre son camp provoqué contre l'Autriche (1-0), un but sur penalty contre la Pologne (1-1), et une passe décisive contre l'Espagne pour Randal Kolo Muani (8e).

Ce geste-là et les premières accélérations de la superstar française ont laissé penser que le pari de jouer sans protection pour son nez cassé en fin de match contre l'Autriche était le bon.

"J'en avais marre, je ne voyais pas bien avec. J'ai parlé avec le docteur pour voir si je pouvais jouer sans et je ne regrette pas", a expliqué le crack de Bondy.

- Passeur décisif -

Il l'a fait plus tôt que prévu, alors que Didier Deschamps envisageait "des semaines, voire des mois".

"L'hématome se résorbe, ce qui compte c'est la consolidation", disait le sélectionneur.

La vue enfin dégagée, il a notamment offert à RKM le premier but des Bleus dans le jeu, après deux "csc" et un penalty.

Mbappé se plaignait aussi de ne pas avoir "retrouvé toutes (ses) jambes", après une saison chaotique au Paris Saint-Germain et une préparation d'Euro hachée par des petits soucis physiques au dos et à une cuisse.

Pourtant son galop avait du tonus en début de partie. Il a déposé le vieux Jesus Navas (38 ans) sur deux accélérations. Mais les deux buts de la "Roja" coup sur coup (21e, 25e) ont semblé lui couper son élan, comme à ses coéquipiers.

Il a ensuite paru forcer son jeu, comme sur cette tentative de passer en force entre Navas et Nacho (31e), qui lui ont facilement fermé la porte.

"Kyk's" a aussi frappé à angle fermé sur Unai Simon (56e) et n'a pas pu profiter d'un centre-tir d'Ousmane Dembélé qui avait mis en difficulté le gardien espagnol (58e).

- À Madrid en vaincu -

Passé dans l'axe au triple changement de l'heure de jeu, il a réussi un joli enchaînement pour lancer Théo Hernandez, mais sa passe était un peu longue (63e).

Les combinaisons avec son habituel complice du côté gauche n'ont d'ailleurs pas bien fonctionné mardi soir à Munich.

Il n'a logiquement pas disputé de ballons de la tête. "Je n'en ai pas mis une depuis que je me suis cassé le nez", racontait-il, tout en promettant: "s'il faut aller la mettre pour marquer, je vais la mettre".

Mais Mbappé n'a pas pu peser non plus sur la fin de match, jusqu'à cet ultime tir trop enlevé.

Il va débarquer au Real en vaincu, en début de semaine prochaine. Ce sont les Espagnols qui iront tenter de décrocher le titre de champion d'Europe contre l'Angleterre de Jude Bellingham ou les Pays-Bas.

Mbappé rêvait d'effacer l'Euro précédent, qu'il considère comme "une tâche sur (son) CV" en Bleu, mais il n'a guère mieux réussi sa demi-finale que celle de Ligue des champions contre le Borussia Dortmund (1-0/1-0) avec le PSG.

Il reste malgré tout une star, le jeune envahisseur de terrain de la 58e minute n'était là que pour un selfie avec lui avant d'être contrôlé par le service d'ordre, comme Mbappé par la défense rouge.

eba/bnl