France-Espagne: les Bleus éliminés de l’Euro 2024 par une Roja supérieure, mais avec quelques regrets

Le parcours de la "mort" aura finalement eu raison de la France. Critiqués pour leur jeu depuis le début de l’Euro, les Bleus ont cette fois proposé davantage de spectacle face à une Espagne également décidée à jouer ce mardi à Munich. Mais contrairement au huitième face à la Belgique et au quart contre le Portugal, l’équipe de France s’est inclinée lors de cette demi-finale contre la Roja (1-2).

Malgré l’ouverture du score rapide, les protégés de Didier Deschamps n’ont pas réussi à garder leur solidité défensive et sont éliminés aux portes de la finale. Les Espagnols, eux attendront de savoir qui de l’Angleterre ou des Pays-Bas ils affronteront pour le titre dimanche.

>> Revivez la demi-finale France-Espagne (1-2)

Le but express de Kolo Muani

Pourtant tout avait bien commencé pour la sélection tricolore. Face à la meilleure attaque de l’Euro, la France le savait, elle allait souffrir lors de cette demi-finale. Et le début de match l’a confirmé. Mais après un gros raté de Fabian Ruiz, incapable de cadrer sa tête à bout portant, les Bleus ont trouvé la faille grâce à un pari payant de Didier Deschamps. Encore aligné à la pointe de l’attaque, Randal Kolo Muani a parfaitement rendu au sélectionneur cette confiance en se trouvant à la conclusion d’un joli mouvement.

Servi sur son aile gauche à la limite du hors-jeu par Ousmane Dembélé, le sans-masque Kylian Mbappé a temporisé puis ajusté un centre millimétré dans les six mètres. Entre un Unai Simon qui a préféré ne pas sortir et un Aymeric Laporte trop large au marquage, Randal Kolo Muani s’est retrouvé seul au second poteau.

Contrairement à son coéquipier du PSG Fabian Ruiz quelques instants plus tôt, le Français a parfaitement ajusté son coup de tête pour ouvrir le score et lancer cette demie. Décriée depuis le début du tournoi continental, l’attaque tricolore a répondu présent et a marqué son premier but dans le jeu de l’Euro (1-0, 9e).

Un bijou de Yamal et Olmo renversent les Bleus

Après cette belle entame, les Bleus ont conrtinué de jouer comme ils savent le faire: en laissant le ballon à l’adversaire. Mais si l’Espagne avait l’habitude de ronronner ces dernières années, ce n’est pas le cas depuis que Nico Williams et Lamine Yamal se sont installés dans les couloirs. Un poil en retard, Adrien Rabiot a laissé le prodige du Barça armer sa frappe.

Le magnifique enroulé de Lamine Yamal a nettoyé la lucarne, avec l’aide du poteau, d’un Mike Maignan qui a encaissé son premier but dans le jeu du tournoi (1-1, 21e). Déjà plus jeune joueur de l'histoire de l'Euro, Lamine Yamal est devenu le plus jeune buteur de la compétition. Et quel but!

Comme assommés, les joueurs tricolores ont accusé le coup. Lui aussi en retard sur Dani Olmo, Aurélien Tchouaméni a laissé le meneur de jeu de la Roja enchaîner dans la surface et tenter sa chance.

Mike Maignan battu, Jules Koundé n’a pu que dévier dans ses propres cages un ballon qui y allait de toute façon. D’abord accordé au latéral français contre son camp, l’UEFA a finalement récompensé le beau travail de Dani Olmo en lui offrant le but. En seulement quatre minutes, les Espagnols ont renversé la France (1-2, 25e).

Les Bleus étouffés et éliminés

Après ce début de match endiablé, le rythme est retombé. Du moins du côté français. Si l’Espagne a continué d’avoir la possession, les Bleus n’ont pas semblé au mieux dans les duels. Souvent en retard, les milieux français ont laissé ceux de la Roja dicter le tempo du match et jouer à leur aise jusqu'à la mi-temps.

Si Olivier Giroud et Antoine Griezmann se sont échauffés pendant la pause, Didier Deschamps a attendu la 62e pour faire des premiers changements en faisant rentrer Antoine Griezmann, Eduardo Camavinga et Bradley Barcola. Moins dominateur que sur ses dernières sorties, le duo Rabiot-Kanté a payé le coup tactique du sélectionneur. Idem pour Randal Kolo Muani, assez effacé et trop peu servi après son but.

Des changements qui ont apporté de la fraîcheur à cette équipe tricolore qui en manquait tant jusque-là. Mais face aux gros efforts des Espagnols, impressionnants dans leur replacement défensif, cela n'a pas suffi pour égaliser. Eliminés au terme d'une belle demi-finale, les Bleus de Didier Deschamps n'ont pas à rougir. Si certains supporteurs se réjouiront d'avoir vu le beau football triompher ce mardi, les autres regretteront d'avoir vu le bloc français craquer au pire moment. La Roja est en finale et peut attendre sereinement de connaître le nom de leur adversaire. Ce sera l'Angleterre de Jude Bellingham ou les Pays-Bas de Memphis Depay. Le rêve de voir la France jouer un ultime match le 14 juillet, lui, est bel et bien terminé.

Article original publié sur RMC Sport