Foot/Cameroun: Samuel Eto'o s'"excuse" et maintient le sélectionneur belge Marc Brys

L'ancien international et président de la fédération camérounaise de football, le 17 mai 2024 à Bangkok (Lillian SUWANRUMPHA)
L'ancien international et président de la fédération camérounaise de football, le 17 mai 2024 à Bangkok (Lillian SUWANRUMPHA)

L'ex-attaquant star de Barcelone Samuel Eto'o, président de la fédération camerounaise de football (FECAFOOT), a présenté jeudi ses "excuses" à l'entraîneur de la sélection nationale, le Belge Marc Brys, qu'il avait violemment invectivé et remplacé il y a deux jours, et l'a maintenu dans ses fonctions.

Brys avait été nommé le 2 avril dernier par le ministre des Sports "suite aux très hautes directives du président de la République" Paul Biya. Sa nomination avait été dénoncée et qualifiée d'"illégale" par la FECAFOOT, seule habilitée selon elle à désigner le sélectionneur national.

Après plusieurs passes d'armes entre le ministre et le président de la FECAFOOT, Eto'o avait fini par accepter le nouveau coach des Lions indomptables mais mardi, il s'en était pris violemment à Marc Brys et au représentant du ministre, une scène capturée dans une vidéo amateur devenue virale sur les réseaux sociaux.

"Je vous présente mes excuses parce que lors de notre première malheureuse rencontre, il y a eu beaucoup d'émotion (...) mais le peuple camerounais étant plus important que nous, c'est le seul intérêt qui devrait nous amener à travailler", a déclaré jeudi l'ancienne vedette du Barça, de l'Inter Milan et de Chelsea, dans une conférence de presse conjointe. Un véritable revirement de ce feuilleton devenu le centre d'intérêt principal des médias et des réseaux sociaux dans ce pays où le football est roi et qui a remporté cinq fois la Coupe d'Afrique des Nations (CAN).

"Votre mission n'est pas facile malgré vos qualités et votre expérience mais sachez que vous aurez notre soutien" pour la préparation de deux prochains matches cruciaux dans le cadre des éliminatoires pour le Mondial de 2026, contre le Cap Vert et l'Angola les 8 et 11 juin, a poursuivi Eto'o.

jrn-gir/lnf/bvo