Financement de la campagne des législatives : « Certains partis vont avoir des difficultés »

Quelque 4 000 candidats aux élections législatives vont devoir ouvrir chacun un compte de campagne.  - Credit:SYSPEO/Sipa
Quelque 4 000 candidats aux élections législatives vont devoir ouvrir chacun un compte de campagne. - Credit:SYSPEO/Sipa

Le président de la commission des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) est « préoccupé ». « Les quelque 4 000 candidats aux élections législatives des 30 juin et 7 juillet ont l'obligation d'ouvrir chacun un compte bancaire spécifique à la campagne », explique au Point Jean-Philippe Vachia, le président de l'instance. D'habitude, la date des prochaines législatives étant connue cinq ans auparavant, les candidats commencent à ouvrir leurs comptes six mois avant le premier tour. Cette fois, ils auront trois semaines.

« Pour les députés sortants, ils vont aller vers la même banque que lors des précédentes législatives », détaille le responsable. Mais pour les autres, le délai réduit représente un risque. Si un candidat ne parvient pas à ouvrir un compte dans un établissement bancaire, il doit se tourner vers la Banque de France qui peut obliger une banque à le faire.

À LIRE AUSSI Dans la tête de Raphaël Glucksmann, encerclé par les ogres

Avec deux campagnes électorales – européennes et législatives – aussi rapprochées dans le temps, Jean-Philippe Vachia estime « possible que certains partis aient des difficultés à absorber un poids financier si important ». Surtout en raison du fait que les candidats aux européennes qui peuvent voir leurs frais de campagne remboursés – s'ils ont fait plus de 3 % des suffrages exprimés – ne le seront qu'à la fin de l'année.

Un plafond maximal de dépenses élevé et peu atteint

Il existe trois sources de finance [...] Lire la suite