Festival de Cannes 2024 : Coppola déçoit avec son « Megalopolis »

raté ! - Le projet pharaonique du réalisateur du « Parrain » est une énorme déception

Que c’est triste de perdre quelqu’un qu’on a aimé. Megalopolis de Francis Ford Coppola était l’un des films les plus attendus du Festival de Cannes 2024. C’est peu de dire que la déception est proportionnelle aux espoirs qu’on avait fondés sur ce projet que le réalisateur du Parrain avait réécrit, selon ses dires, « 300 fois en quarante ans ». A-t-il trop remis l’ouvrage sur le métier ? Le résultat tient davantage de la catastrophe industrielle que de l’œuvre ambitieuse qu’on appelait de nos vœux. On en sort très malheureux après avoir vu un nanar ahurissant. Comme lâchés par un vieux magister qu’on a admiré.

Le premier plan du film, montré à la presse en format IMAX, est de toute beauté. Adam Driver, au sommet du Chrysler Building new-yorkais, est sur le point de se jeter dans le vide avant de remonter dans le temps pour se sauver in extremis. On est brièvement conquis avant de tomber de plus haut encore que le héros. Cet architecte visionnaire rêve de créer une cité futuriste confortable quitte à sacrifier les habitants actuels en détruisant leurs logements. L’avenir vaut-il de sacrifier le présent ? « p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non », nous laisse entendre le film.

Alors qu’est-ce qui ne va pas ?

Expliquer ce qui est réussi sera plus rapide. Francis Ford Coppola reste un grand cinéaste capable de fulguranc(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
« When Evil Lurks » : Le film le plus gore de 2024 (et on l’adore)
Festival de Cannes : #MeToo s’invite à la conférence du jury
« Roqya » : Cette histoire de sorcière traquée en pleine cité est plus qu’un film d’horreur pour Golshifteh Farahani
Festival de Cannes 2024 : Chez Quentin Dupieux, le comédien Manuel Guillot brille au milieu des stars