Euro 2024: Rabiot révèle comment les Bleus ont vécu les résultats des législatives

Impliqués pendant de longues semaines afin d'inciter les Français à voter lors des élections législatives, les joueurs de l'équipe de France n'ont pas manqué la soirée électorale de dimanche. Présent lundi face à la presse, Adrien Rabiot a dévoilé comment le groupe tricolore avait suivi les événements politiques récents malgré leur demi-finale de l'Euro 2024 prévue mardi contre l'Espagne.

"On ne les a pas regardés ensemble (les résultats) parce qu’on rentrait de l’entraînement et on a eu le repas à 20h15. Donc on était un peu tous dans nos chambres", a ainsi glissé le milieu de la Juventus et des Bleus. "Après c’est vrai que, bien sûr, on s’en est soucié parce que c’est important. Après, peut-être beaucoup moins que certains parce que l’on a aussi d’autres choses en tête. On ne les a pas évoqués plus que ça."

>> Toutes les infos sur la France à l'Euro 2024

Rabiot veut se concentrer sur France-Espagne

Soucieux de voir les gens se déplacer pour voter, Adrien Rabiot n'avait pas indiqué de consignes contrairement à plusieurs de ses partenaires de l'équipe de France. Dimanche, après les résultats du scrutin, plusieurs joueurs ont exprimé leur joie et leur soulagement à l'idée de voir le RN ne pas obtenir la majorité à l'Assemblée nationale.

"Vous avez vu que certains avaient publié des choses sur les réseaux sociaux. On n’en a pas parlé entre nous mais je pense que beaucoup de gens étaient soulagés on va dire", a encore estimé Adrien Rabiot à la veille de la demi-finale de l'Euro 2024. "Moi j’ai toujours dit que la politique et le sport ne faisaient pas forcément bon ménage."

"Une bonne ou une mauvaise chose, je n’en sais rien"

Soucieux de garder une certaine neutralité et de rester concentré sur son objectif à l'Euro, Adrien Rabiot n'a pas voulu trop se prononcer sur la vie politique en France. Avec humilité, le milieu de 29 ans ne s'estime pas assez compétent ou légitime pour en parler.

"Comme je l’ai dit, on a une demi-finale à jouer et on doit rentrer dans ces choses-là. Il faut laisser ça de côté", a enchaîné l'international tricolore aux 47 sélections. "On avait appelé les gens à aller voter et dit que c’était la démocratie qui déciderait, qui trancherait. Donc ça a été fait."

Avant de conclure: "Et j’ai vu qu’il y avait beaucoup de gens qui s’étaient manifestés et étaient allés voter, c’est très bien. Pour le reste, il faut laisser l’analyse à ceux qui s’y connaissent le plus. Moi je joue au foot donc est-ce que c’est une bonne ou une mauvaise chose, je n’en sais rien. Je pense qu’il faudra voir par la suite."

Article original publié sur RMC Sport