Euro 2024: "Payé par les cons comme nous", le coup de gueule de Di Meco sur les Bleus hermétiques aux critiques

Qualifié pour le dernier carré sans marquer le moindre but dans le jeu, l'équipe de France affronte l'Espagne ce mardi pour une place en finale de l'Euro 2024. Avant de défier la Roja (21h) à Munich en Allemagne, les joueurs tricolores ont défendu leur style défensif malgré les critiques. Pour les Bleus, l'objectif l'emporte sur la manière et ils ne se cachent pas pour le dire. De quoi provoquer la colère d'Eric Di Meco ce lundi dans l'émission Intégrale Sport sur RMC.

"Ils ont un objectif à aller chercher, et quand tu es joueur tu prends le plaisir dans la victoire. Tu gagnes vilain, tu t’en fous tu as gagné et tu vas vers ton objectif. Et ça on peut l’entendre", a estimé le consultant RMC Sport à la veille de la demi-finale de l'Euro 2024. "Et tu peux aussi partir du principe que pour gagner, si tu joues bien tu as plus de chances de gagner. Mais ce n’est peut-être pas la réalité parce qu’à l’arrivée, dans cette compétition, si l’Espagne ne gagne pas cette compétition ce sera une équipe qui a été en grande difficulté qui va la gagner. Parce que l’Angleterre ils sont pires que nous, et les Pays-Bas que l’on a aussi vus en difficulté contre nous. Une de ces trois équipes, si c’est elle qui gagne, aura raison."

>> Toutes les infos avant France-Espagne

"Dans le discours, tu ne peux pas dire que l'on s’en fout"

Lui-même ancien joueur de l'équipe de France dans les années 90, Eric Di Meco comprend parfaitement l'envie des Bleus d'aller au bout du tournoi continental. Mais l'ancien défenseur tricolore a rappelé qu'il ne fallait pas non plus totalement enlever l'aspect spectaculaire d'un match.

"Il y a quand même un débat un petit peu plus philosophique et même d’actualité dans cette histoire de beau jeu ou de pas beau jeu. Moi quand Didier (Deschamps) dit que les mecs peuvent changer de chaîne ça me gêne parce que les mecs changent de chaîne", a enchaîné l'ancien joueur de l'équipe de France et de l'OM. "Les joueurs, quand Dembélé dit ça, est-ce qu’il se rend quand même compte que les mecs qui le payent ou qu’une partie de son salaire est payé par les cons comme nous qui regardons les matchs. Et donc il s’en fout de nous si on ne se régale pas. Sauf qu’à force de ne pas te régaler, tu ne les regarde plus les matchs, et tu n’achètes plus la chaîne qui retransmet les matchs."

Avant de voir Eric Di Meco ajouter sur RMC: "Il ne faut jamais oublier que ce sport-là est un spectacle aussi. Les spectateurs paient les artistes qui jouent. C’est comme au cinéma. Mon préalable c’était de dire que moi joueur je m’en foutais du style et du machin… Donc tu penses bien que je ne vais pas donner des leçons aux gamins d’aujourd’hui qui sont contents de gagner et qui s’en foutent. Je dis juste que dans le discours, tu ne peux pas dire que l'on s’en fout."

Trop de matchs pour voir du beau foot?

Parmi les raisons de ce manque d'efficacité des attaquants de l'équipe de France, comme ceux d'autres nations majeures du football européen, Eric Di Meco a pointé du doigt l'accumulation des matchs pendant la saison. Avant de débuter l'Euro 2024, un joueur comme Kylian Mbappé a, par exemple, disputé 53 matchs en 2023-2024. Suffisant pour l'empêcher de performer cet été? Possible. Mais pour le consultant RMC Sport, la question mérite d'être posée.

"Dans ce débat, et ce serait bien que l’UEFA et la FIFA l’aient à un moment donné. Je ne peux pas croire que l’Angleterre puisse être aussi mauvaise avec les joueurs qui composent cette équipe. On ne peut pas demander aux joueurs de faire de plus en plus de matchs de très haut niveau", a finalement jugé l'ancien défenseur aux 23 sélections avec la France entre 1989 et 1996. "Parce que ce sont des matchs de très haut niveau la Ligue des champions… et s’étonner à la fin de la saison que les attaquants ne marquent plus. Mais quand il faut faire des différences, avec le jus que tu n’as plus, eh bien ça donne une équipe de France qui n’est pas capable de mettre un but dans le jeu."

Article original publié sur RMC Sport