Euro-2024: la France tient le choc sans Mbappé

Didiers Deschamps satisfait du point glané par la France contre les Pays-Bas, félicite son attaquant Olivier Giroud à la fin du match de l'Euro-2024 vendredi à Leipzig. (FRANCK FIFE)
Didiers Deschamps satisfait du point glané par la France contre les Pays-Bas, félicite son attaquant Olivier Giroud à la fin du match de l'Euro-2024 vendredi à Leipzig. (FRANCK FIFE)

Privée de sa superstar Kylian Mbappé, resté sur le banc tout au long du match, l'équipe de France n'a pas flanché face aux Pays-Bas (0-0), décrochant un nul qui la rapproche d'une qualification pour les 8e de finale de l'Euro-2024, vendredi à Leipzig.

Sans surprise, Didier Deschamps a pu mesurer le poids de l'absence de son leader, dont la fracture du nez survenue à la fin de la première rencontre des Bleus dans le tournoi, lundi contre l'Autriche (1-0), aura nui au rendement de son secteur offensif.

Le capitaine des vice-champions du monde est irremplaçable et le sélectionneur en a eu une nouvelle illustration, s'appuyant avant tout sur un bloc défensif solide pour ramener le point qu'il était venu chercher. Et signer au passage le premier 0-0 de cet Euro plutôt prolifique en buts.

Celui qui avait inscrit quatre buts lors des deux dernières confrontations entre les deux nations, en mars (4-0) et octobre (2-1) 2023 lors des qualifications de l'Euro, a laissé un vide immense à la pointe de l'attaque que Marcus Thuram n'a logiquement pas pu combler.

En incorporant un milieu défensif supplémentaire, Aurélien Tchouaméni, pour suppléer Mbappé, Deschamps a clairement affiché ses ambitions: rester bien groupé et ne pas laisser d'espaces aux attaquants bataves. Le technicien en a aussi profité pour revenir au dispositif qui avait mené la France à son deuxième sacre mondial en 2018, un 4-4-2 avec Adrien Rabiot à gauche dans le rôle qu'avait tenu en Russie Blaise Matuidi.

Résultat: les Bleus n'ont pas souvent été inquiétés par les Oranje, vainqueurs dans la douleur de la Pologne (2-1) dimanche, et la maîtrise a été globalement tricolore.

- Bases solides -

Hormis une grosse alerte dès la 2e minute de Jérémie Frimpong, une frappe enroulée de Cody Gakpo (17e) ou un arrêt réflexe devant Memphis Depay (70e) juste avant un but de Xavi Simons refusé pour hors-jeu par la VAR, Mike Maignan n'a pas eu trop à forcer son talent.

Sans la maladresse et le déficit technique de Thuram, qui a gâché une énorme occasion (28e) avant de rater de peu le cadre en seconde période (59e), et le manque de réussite d'Antoine Griezmann (4, 14e, 42e, 65e), le plan de Deschamps aurait même pu être parfait.

Certes, les Bleus n'ont pas été flamboyants, à l'image de leurs débuts dans cet Euro face à l'Autriche. Mais ils possèdent des bases solides pour aller loin, dans le plus pur style Deschamps, avec une charnière Dayot Upamecano-William Saliba sans faille et un N'Golo Kanté qui a encore avalé les kilomètres dans l'entre-jeu avant d'être de nouveau élu homme du match par l'UEFA.

Le retour de Tchouaméni est également une très bonne nouvelle pour le sélectionneur. Le milieu du Real Madrid n'avait plus foulé une pelouse depuis le 8 mai et avait depuis soigné une blessure au pied gauche. Il n'a pas paru gêné physiquement et a bien tenu sa place devant la défense.

Une soirée comme Deschamps les aime donc et qui permet à ses joueurs d'avoir déjà un pied au prochain tour avant de se frotter à la Pologne, déjà éliminée, mardi à Dortmund. De quoi offrir encore un peu de temps à Mbappé pour soigner son nez.

kn/cpb/