Euro 2024: pour Daniel Riolo, la méforme de Mbappé "pose la question de sa titularisation" contre l'Espagne

Un capitaine mal en point qui inquiète. En difficulté depuis le début de l'Euro 2024, gêné par sa fracture du nez et par l'imposant masque censé le protéger, mais également par une saison et une préparation particulières, le niveau de Kylian Mbappé continue d'inquiéter avant le choc contre l'Espagne, ce mardi en demi-finale (21h).

Avec un faible impact sur le front de l'attaque des Bleus, bien en deça de ses performances habituelles, et un compteur de but qui affiche une unité (sur penalty) dans cet Euro après cinq matchs en tant que titulaire, la situation nécessite un choix fort de Deschamps estime le chroniqueur de l'After Foot, Daniel Riolo.

"Tu le fais jouer ou non ? Faut-il qu'il soit titulaire face à l'Espagne ? A-t-on vraiment ouvert le débat ? Posons-nous la question. Que faire à la place de Deschamps", a d'abord osé l'observateur avant de poursuivre "si on constate qu'il n'est pas bon la question de la titularisation doit se poser".

Privilégier "un vrai jeu collectif" à l'espoir d'un "exploit individuel"

Si la sortie prématurée d'un Antoine Griezmann, lui aussi en méforme, à la 67e minute, remplacé par Ousmane Dembélé (élu homme du match), indique une différence de traitement, alors que le capitaine des Bleus sort de son côté à la 105e minute (remplacé par Barcola), celle ci n'est pas des plus génantes pour Daniel Riolo qui insiste davantage sur les performances seules du capitaine des Bleus.

"Je ne pense pas avoir retrouvé toutes mes jambes", a admis Mbappé, la veille du match, en conférence de presse, après avoir confié un peu plus tôt être sevré de ballons en profondeur en Bleus depuis l'absence de "Pogba".

"Et quand bien même il y aurait le masque qui le diminue, on doit juger la performance. Que ce soit le dos, la tête, le nez, peu importe: tu es diminué. Donc il doit y avoir un choix qui doit être fait", a indiqué le chroniqueur avant de fustiger l'excuse d'une titularisation du Parisien en raison de sa capacité à réalisé un geste de génie à tout moment. Une excuse pour ceux qui attendent moins du "vrai jeu collectif" que d'un "exploit individuel" selon lui. Alors quid d'une attaque "Barcola, Dembélé et Giroud ou Thuram en 4-3-3" pour démarrer face à l'Espagne ce mardi (21h) en demi-finale de l'Euro questionne Riolo.

Article original publié sur RMC Sport